vendredi, avril 16, 2021
Accueil Présidentielle 2021 Le camp Yhomby-Opango « s'incline » face à la décision de la...

Le camp Yhomby-Opango « s’incline » face à la décision de la Cour constitutionnelle

-

Maître Jean Philippe Essau, avocat de Jean-Jacques Serge Yhomby-Opango lors du contentieux électoral, a dit s’incliner devant la confirmation de la réélection de Denis Sassou Nguesso avec 88,40% de voix exprimées par la Cour constitutionnelle. 

La Cour constitutionnelle a vidé son délibéré ce mardi 6 avril, à Brazzaville, après examen de trois recours dont un portant sur l’annulation et le report du premier tour de l’élection du président de la République des 17 et 21 mars déposé le 29 mars dernier par l’opposant Jean-Jacques Serge Yhomby-Opango, allié du candidat feu Guy Brice Parfait Kolelas.

L’homme politique a été représenté par Maître Jean Philippe Essau, avocat au Barreau de Brazzaville lors de la plaidoirie. Son recours, l’unique a avoir été jugé « recevable » par la Cour a finalement été « rejeté », du fait qu’il aurait dû être déposé avant le 21 mars, date du premier tour du vote, selon l’autorité juridique.

En conséquence, le juge du contentieux électoral a confirmé la réélection du président sortant Denis Sassou Nguesso après ajustement des données initialement publiées par le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation qui faisaient état de 88,57% des suffrages exprimés en faveur du président candidat.   

« Le candidat Denis Sassou Nguesso ayant obtenu 1 539 725 voix, soit plus de la majorité des suffrages exprimés dès le premier tour de l’élection du Président de la République du scrutin des 17 et 21 mars 2021 est déclaré élu Président de la République. », a prononcé Auguste Iloki, président de la Cour constitutionnelle. 

Une délibération devant laquelle le camp de Jean-Jacques Serge Yhomby-Opango dit s’« incliner » en dépit du fait que ce procès leur ait laissé un goût d’inachevé, a laissé entendre Maître Jean Philippe Essau. 

« Je suis un peu déçu dans la mesure où la demande que nous avons formulée : celle du report de l’élection et d’annulation des résultats prononcés par le ministre de l’Intérieur ont été rejetées. Bon, la Cour a motivé même si nous ne partageons pas l’avis de la cour, mais nous nous inclinons. », a-t-il souligné.

Articles Populaires