AccueilFaits DiversPointe-Noire : rattrapés par la foule, deux bébés noirs exécutés par la...

Pointe-Noire : rattrapés par la foule, deux bébés noirs exécutés par la police

-

Deux jeunes hommes appartenant au gang Américain un groupe de bébés noirs, ont été abattus par les services de police de Pointe-Noire ce jeudi 17 février à Tié-Tié dans le 3e arrondissement de la ville océane. C’était à l’issue d’un affrontement entre les Arabes et les Américains, deux gangs rivaux.

La rivalité entre les Arabes de Tié-Tié – Chaux Kouilou et les Américains de la Joie du Congo – Grand marché a fait de nouvelles victimes ce jeudi 17 février dans le 3e arrondissement de Tié-Tié.

En effet, deux membres des Américains ont été abattus par la police en fin de journée de ce jeudi 17 février sur la place publique précisément à la façade de l’ancienne base de la société de fabrication de la chaux Chaux Kouilou à Tié-Tié à quelques mètres du commissariat de police dudit quartier.

Ces jeunes, de 18 et 23 ans ont succombé de leur blessure. Leurs dépouilles ont été transportées par les pompes funèbres laissant sur le sol quelques parties d’organes du corps sur le sol. On pouvait voir des bouts de cervelle joncher le sol. 

♦Lire aussi : Les bébés noirs de Talangaï réclament l’insertion professionnelle

Un membre des groupes belligérants qui requiert l’anonymat nous confie qu’une affaire de trahison serait à l’origine de cette tuerie. 

« L’un des jeunes tué était un de notre, il était arabe avant de devenir américain. Depuis, il nous a trahi auprès de nos rivaux faisant bloc avec ces derniers pour venir nous attaquer de nuit. Nous avons décidé de les dénoncer et en les livrer à la police dès que possible. Nous voulons protéger notre quartier », a-t-il dit. 

 ♦Lire aussi : Vers l’adoption d’un code pénitentiaire

Une situation surréaliste qui a laissé l’opinion perplexe sur la problématique de l’insécurité à Pointe-Noire et a davantage relancé le débat sur le respect des procédures judiciaires en République du Congo. 

Ces derniers mois, les organisations de défense des droits humains se sont dites préoccupées par certains traitements que l’on fait subir aux inciviques. 

Articles Populaires