lundi, septembre 27, 2021
AccueilSociétéLes sinistrés du "4 mars" réclament leurs habitations plus de 9 ans...

Les sinistrés du « 4 mars » réclament leurs habitations plus de 9 ans après la tragédie

-

9 ans après l’explosion du 04 mars 2012, plusieurs victimes de ce triste évènement demeurent sans abri. Elles ont de ce fait exprimé leur ras-le-bol cette semaine lors d’une rencontre citoyenne avec Romi Oyo, député de la troisième circonscription électorale de Ouenzé, à Brazzaville. 

Il s’est tenue ce vendredi 09 septembre, la restitution des travaux de la session ordinaire de l’Assemblée nationale tenue du 02 juin au 13 août 202, par Romi Oyo, député de Ouenzé 3, à Brazzaville.  

Lors de cette descente parlementaire, les populations des quartiers 56 et 57 de ladite circonscription électorale ont une nouvelle fois réclamé la reconstruction de leurs habitations détruites par l’explosion d’un dépôt d’armements des Forces armées Congolaises (FAC) dans le quartier de Mpila le 4 mars 2012. 

♦Lire aussi : L’OCDH appelle les déguerpis des « 1000 logements » à ne pas céder à la pression

Selon ces compatriotes, depuis ces événements, plusieurs victimes vivent dans la précarité. Ces dernières ont trouvé refuge dans les sites de la commune de Kintelé, dans la périphérie nord de Brazzaville.

« Vous venez ici en voiture, vous mangez bien et dormez dans de bonnes conditions. Nous, par contre, vivons un calvaire depuis presque dix ans aujourd’hui. Ce que vous savez, c’est venir nous distraire à chaque fois sans se soucier de nous », déplore un chef de quartier. 

De son côté, le parlementaire Romi Oyo a tenté de rassurer les populations indiquant que des dispositions ont été prises par le gouvernement afin de résoudre ce problème vieux de près d’une décennie.  

« La situation dite du « 4 mars » a été longuement évoquée. A ce sujet, j’ai signifié qu’une ligne budgétaire a été inscrite dans la Loi de finances 2021 rectificative, ouvrant ainsi la voie à une poursuite plus affirmée du traitement de cet important dossier, nonobstant le contexte financier difficile », a-t-il posté sur les réseaux sociaux. 

♦Lire aussi : Signature du protocole d’accord de gestion et d’exploitation de Brazzaville Mall

Après les explosions de Mpila en 2012, l’exécutif avait pris un chapelet de mesures pour accompagner les populations sinistrées. Dans le but de reloger nos compatriotes sinistrés, le gouvernement avait notamment construit un quartier d’habitations modernes de 5 mille maisons dans la commune de Kintélé. Il avait aussi attribué à chaque famille ayant perdu son habitation une allocation d’urgence de 3 millions de francs CFA.

Articles Populaires