dimanche, octobre 2, 2022
AccueilEconomieVers la révision du Code du travail congolais

Vers la révision du Code du travail congolais

-

Le gouvernement de la République a élaboré l’avant-projet d’un nouveau code du travail. Il comporte plusieurs améliorations ainsi que des innovations du dispositif légal en matière de travail, d’emploi et de sécurité sociale. 

Le gouvernement par le truchement de Firmin Ayessa, ministre d’Etat, en charge de la Fonction publique et du travail, a rendu publique une déclaration à l’occasion de la fête du Travail, 1er mai 2022.

Dans son allocution, Firmin Ayessa a évoqué les avancées enregistrées dans le processus de la refonte du code du travail créée par la Loi n°1975-45 du 15 mars 1975.

Selon ce dernier, cette révision, permettra au gouvernement, aux employeurs et travailleurs de relever les « défis multiples » et « complexes » auxquels le monde du travail fait face aujourd’hui. 

Il s’agit précisément : du défi du chômage ; du défi de l’emploi et du travail décent ; du défi de la protection sociale pour tous ; du défi de la pauvreté et des exclusions sociales.

Dans ce même esprit, notre pays va bientôt se doter, grâce à l’appui du Bureau Pays de l’Organisation internationale du Travail (OIT) pour la sous-région, d’une politique nationale en matière de sécurité et de santé au travail.

♦Lire aussi : Démarrage des travaux de révision du système de sécurité sociale

Le gouvernement a aussi annoncé l’actualisation du programme pays pour le travail décent ; l’élaboration et la mise en œuvre du plan d’action de lutte contre le travail des enfants ; la mise en place de la Caisse d’assurance maladie universelle (CAMU) et l’approfondissement du dialogue social, un outil jugé « plus que jamais » nécessaire aux fins de donner des réponses idoines aux préoccupations légitimes des employés.

La révision du code du travail a déjà fait l’objet de diverses concertations et échanges entre les employeurs, les travailleurs, les partenaires ainsi que les autorités compétentes. L’actuel code comporte quelques faiblesses, disent-ils.

Ce projet a déjà reçu l’accord du Bureau International du Travail (BIT) de l’OIT. C’est ce qui ressort de l’entretien entre ministre d’Etat Firmin Ayessa et Soumano Nteba, directrice de Bureau de Pays du BIT pour la République Démocratique du Congo, la République du Congo, le Gabon, le Tchad et la République centrafricaine, le 28 avril dernier, à Brazzaville.

Articles Populaires