dimanche, juillet 3, 2022
AccueilActualitésJusticeTyson et sa bande présentés devant le procureur de la République

Tyson et sa bande présentés devant le procureur de la République

-

Un groupe de d’individus, composé de policiers et civils, a été présenté ce jeudi 6 janvier devant procureur de la République André Gakala Oko, au parquet de Brazzaville. Ils sont accusés d’avoir torturé des personnes à coups de marteaux le 2 janvier dernier au Viaduc de Talangaï-Kintélé. 

Initialement prevue pour ce mercredi 5 janvier, la présentation devant le procureur de la République, des auteurs présumés d’actes de torture a finalement eu lieu ce jeudi 6 janvier au parquet de Brazzaville. 

Le procureur de la République, André Gakala Oko, a tour à tour décliné l’identité de ces indélicats. Ils sont au total sept personnes dont 4 policiers et 3 civils habillés en tenue de police lors de la terrible scène. La bande est dirigée par un brigadier-chef, connu sous le pseudonyme de Tyson. 

♦ Lire aussi : Tyson et ses acolytes arrêtés pour avoir torturé des inciviques à coup de marteau

Il s’agit, de l’adjudant chef de police Ngakegni Daddy, en service au commissariat de police de Makabandilou ; l’adjudant de police Gandou Charel, chef de poste de police de quartier Château d’eau Ngamakosso ; le brigadier chef Bobier Collore, alias Tyson, chef de police Viaduc ; le brigadier chef Makélé Eric, chef de poste de police Arrêt Eglise, quartier Manyanga ; Dzaba Ronel, Bakala Nganziami et Samba Hugues.  

Au terme des dispositions de l’article 55 du Code de procédure pénale, ils sont poursuivis selon la procédure de crime flagrant pour les faits d’association de malfaiteurs et de coups et blessures volontaires. Ils ont tous reconnu leur forfait sans ambages, a dit le procureur de la République André Gakala Oko. 

« Aussitôt, après leur interrogatoire et sur instruction du procureur de la République, tous ces malfrats sont mis aux arrêts dès cet instant”, a déclaré André Gakala Oko.  

Tout est parti d’une vidéo montrant des hommes en uniformes de policiers et civils qui brisaient les jambes de deux présumés destructeurs des fondations du Viaduc de Kintélé à l’aide de marteaux. Devenue virale sur la toile, la vidéo de ce que l’on peut appeler une scène de torture a choqué l’opinion.

Articles Populaires