vendredi, décembre 9, 2022
AccueiladministrationGuy Georges Mbacka au sujet de la Société congolaise de transport fluvial...

Guy Georges Mbacka au sujet de la Société congolaise de transport fluvial : « Tout le patrimoine a été vendu »

-

Le ministre de l’Économie fluviale et des voies navigables, Guy Georges Mbaka, a procédé à une visite des structures sous tutelle ce jeudi 13 octobre. Il en ressort que les équipements de la Société congolaise de transport fluvial (Socotraf) ont été vendus par des individus.  

Le ministre de l’Économie fluviale et des voies navigables, Guy Georges Mbaka, a fait un état des lieux des structures sous sa tutelle ce jeudi 13 octobre à Brazzaville. 

Il s’est rendu au Port autonome de Brazzaville et Ports secondaires où il tour à tour visité la Direction générale de la navigation fluviale (Digénaf), la Société congolaise de transport fluvial (Socotraf) et le Groupement d’intérêt économique pour le service commun d’entretien des voies navigables (GIE-SCEVN).

Cette descente a permis au ministre de s’enquérir du fonctionnement et des difficultés auxquelles sont confrontées les structures. 

A la Socotraf, par exemple, le ministre et sa suite ont observé le manque de local. 

Faute de siège, les agents de cette structure publique utilisent un bateau qui leur sert de bureau, tout le patrimoine de l’Etat étant vendu (bateaux, barges), s’indigne Guy Georges Mbaka. 

« Le gros problème reste au niveau de Socotraf. Franchement, c’est une structure complètement à terre. Tout le patrimoine a été vendu pour ne pas dire dilapidé. Là, franchement il faut carrément reconsidérer cette entreprise. Là, le problème est plus difficile », déplore le ministre chargé de l’Économie fluviale.

♦Lire aussi : Likouala : Georges Mbacka juge « triste » l’état de la préfecture après plus de 24 ans de service du préfet sortant

Guy Georges Mbaka a appelé les cadres de cette structure à réparer le préjudice causé à l’Etat.  

« Les barges qui ont été vendues doivent être restituées. Vous n’avez pas le droit de solder le patrimoine de l’Etat et espérer qu’il continue d’apporter des finances là où il n’y a pas de retour sur investissement. Pour relancer une structure, il faut qu’il y ait le minimum », a-t-il déclaré.

Le ministre s’est dit conscient de la tâche qui l’attendait à la tête de ce département ministériel. 

« Nous étions sûrs de rencontrer ce genre de difficultés. Nous avons été appelés à la tête de ce département pour relever ces défis. Avec le concours de tout le monde, on y arrivera », a souligné Guy Georges Mbacka.

Articles Populaires