Accueil Société Philippe Mvouo dénonce l'accès limité de l'opposition aux médias

Philippe Mvouo dénonce l’accès limité de l’opposition aux médias

-

Le président du Conseil Supérieur de la Liberté de Communication (CSLC) Philippe Mvouo a dénoncé les dérives de la presse congolaise lors de l’ouverture de l’atelier de formation des journalistes portant sur l’application des règles d’éthique et de la couverture médiatique en période électorale ce 23 février 2021.

A l’initiative de Système des Nations Unies, avec la participation du Conseil Supérieur de la Liberté de Communication et le ministère de la Communication et des médias entre autres, un atelier de formation visant à sensibiliser les journalistes sur l’importance de leur rôle dans la préservation de la paix en période électorale, et à renforcer leurs capacités dans le traitement et la diffusion de l’information, a débuté ce mardi à Brazzaville.

Au cours du lancement de ces ateliers, le président du CSLC a particulièrement dénoncé le non respect de la notion d’équité dans les médias en ce qui concerne l’espace d’expression accordé aux différentes forces politiques et les mouvements de la société civile.

« Le pluralisme audiovisuel qui favorise et entretien le pluralisme d’opinion et l’accès libre aux médias est-il appliqué dans l’équité en période hors électorale et préélectorale et dans l’égalité en période électorale dans notre pays ? La réponse est mitigée. », a-t-il affirmé.

Selon lui, le passage des partis de l’opposition dans les médias sont rares à tel point qu’il les qualifie d « accidentels » ou « événementiels »ce qui concoure, dit-il à entretenir « le mythe de l’opposition » dans le mental des citoyens.

Une « dérive gravissime », s’indigne Philippe Mvouo, qui selon lui met en danger la démocratie, et s’oppose aux Lois 15 – 2001 du 31 décembre 2001 relative au pluralisme dans l’audiovisuel public et la Loi électorale 9 – 2001 du 10 décembre 2001.

« Les partis politiques légalement reconnus concourent à l’expression démocratique et donc doivent avoir un égal accès aux médias de même qu’un égal traitement de l’information pendant toute les périodes électorales. », a-t-il martelé.

Un document constitué de décisions et de directives a été remis aux responsables des organes de presse, il leur permettra d’organiser leurs programmes et à traiter l’information électorale « avec rigueur et professionnalisme » durant la période électorale.

La formation s’étendra à l’intérieur du pays, la prochaine étape, Pointe-Noire est prévue du 1er au 6 mars prochain.

Articles Populaires