mercredi, octobre 5, 2022
AccueilPolitiqueL'Upads toujours dans l'opposition après la levée de la sanction d'Honoré Sayi...

L’Upads toujours dans l’opposition après la levée de la sanction d’Honoré Sayi ?

-

Dans une interview accordée à la chaîne nationale ce dimanche 20 mars, le porte-parole de l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads), Sidoine Romaric Moukoukou a voulu lever l’équivoque autour de la présence d’Honoré Sayi, un membre de ce parti d’opposition au gouvernement. Selon lui, l’Upads n’est pas un parti de la majorité présidentielle, car aucun accord n’a été signé avec le parti au pouvoir, à savoir, le Parti congolais du travail (PCT), même si les deux partis prônent la social-démocratie.

La réhabilitation d’Honoré Sayi après sa suspension pour avoir rejoint les rangs de l’exécutif en mai dernier continue de faire débat sur le positionnement politique de la première force d’opposition, à savoir l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads).

L’Upads par le truchement de son porte-parole Sidoine Romaric Moukoukou, est revenue sur cette question pour éclairer l’opinion. 

Dans un entretien accordé à la chaîne nationale ce dimanche 20 mars, Sidoine Romaric Moukoukou a apporté un éclairage sur le fait d’avoir un des leurs au sein du gouvernement et faire partie de la majorité présidentielle.

« Dès lors que la sanction a été levée, l’Upads n’est pas à la majorité comme le pense une certaine opinion. Il faut aussi dire que le camarade Sayi n’est pas au gouvernement en tant qu’Upads, parce que jusqu’à preuve du contraire, nous n’avons jamais un accord avec le PCT. Il y avait eu un accord en 92 qui est tombé. Aujourd’hui, le ministre Sayi, s’il est entré au gouvernement c’est parce qu’il est citoyen congolais, parce que c’est certainement en vertu du pouvoir discrétionnaire du président de République, qui a jugé utile de lui faire confiance et de le nommer », atil déclaré.

♦Lire aussi : L’Upads lève la suspension prononcée contre Honoré Sayi pour avoir rejoint le gouvernement

Le parti hérité du professeur Pascal Lissouba parle plutôt d’un « gouvernement d’ouverture » en l’absence d’une base juridique avec le parti au pouvoir.

« De manière officielle, nous ne nous sommes jamais engagés à participer au gouvernement. Il ne s’agit même pas d’un gouvernement d’union nationale, c’est le président de la République qui a fait une ouverture simple, et dans cette ouverture, il a pris un des nôtres parce qu’il est le meilleur assurément », s’est exprimé Sidoine Romaric Moukoukou.

Par ailleurs, l’Upads s’est voulue aussi rassurante quant à la poursuite de ses convictions politiques en dépit de la présence de son député au gouvernement.

« L’Upads aura toujours la force de critiquer l’action du gouvernement en vertu des pouvoirs qui sont ceux de l’opposition. Ce n’est pas parce qu’il y a un camarade soit-il citoyen congolais qui a bénéficié de la confiance du Chef de l’Etat soit au gouvernement, que sa présence nous empêcherait de mener notre action. Nous critiquons, pour preuve nous continuons à critiquer », a garanti porte-parole de l’Upads.

Articles Populaires