lundi, septembre 27, 2021
AccueilSociétéLes pharmaciens présentent leurs excuses suite à la grève observée la semaine...

Les pharmaciens présentent leurs excuses suite à la grève observée la semaine dernière

-

Le Comité de réflexion pour l’innovation pharmaceutique (Crip) a, au nom des pharmaciens du Congo, tenu à présenter ses excuses à la population et aux pouvoirs publics pour avoir observé une grève nationale le 1er septembre dernier.

Les pharmaciens du Congo se sont réunis ce 04 septembre à Brazzaville pour la première fois au sein du Comité de réflexion pour l’innovation pharmaceutique (Crip), après le pillage de la pharmacie Tahiti. 

♦Lire aussi : Des vendeurs à l’étalage de produits pharmaceutiques s’attaquent à une pharmacie

Ils sont revenus sur les actes de vandalisme perpétrés à cette officine le 30 août dernier par des vendeurs illégaux de produits pharmaceutiques de Brazzaville. Une agitation qui avait poussé les pharmaciens du Congo à suspendre leurs activités la semaine dernière sur l’ensemble du territoire national.

♦Lire aussi : Pharmacie Tahiti : toutes les pharmacies fermées ce mercredi 1er septembre de 5h à 12h en République du Congo, en guise de manifestation

Une décision unilatérale qui aurait pénalisé les patients d’autant plus que notre pays est en état d’urgence sanitaire depuis 18 mois à cause de la pandémie de la Covid-19. 

Face à cette responsabilité, les pharmaciens ont tenu à présenter leurs excuses à la population et à l’ensemble des institutions de la République pour le désagrément causé. 

« Nous invitons la population à recevoir nos excuses, parce que nous avons interrompu pendant un moment donné l’accès des patients aux médicaments. Nous demandons aussi nos excuses à la force publique« , a déclaré, le Dr Etienne Mokonzi Mobe, président du Comité scientifique de la formation permanente des pharmaciens du Congo.  

Au terme de leurs assises, les pharmaciens ont rappelé que le combat contre les faux médicaments et les médicaments de qualité inférieure est un combat multisectoriel qui nécessite la force de tous les pharmaciens et de l’Etat« , a ajouté le Dr Etienne Mokonzi Mobe. 

C’est pourquoi dans l’une de leurs recommandations faites au gouvernement, ils ont demandé la création d’un comité interministériel de lutte contre les faux médicaments et les médicaments de qualité inférieure, et la mise en place d’un laboratoire de contrôle de qualité des médicaments et des aliments.   

Articles Populaires