vendredi, février 3, 2023
AccueilSociétéLe ministère de la Santé interdit l'utilisation des tests de dépistage rapide

Le ministère de la Santé interdit l’utilisation des tests de dépistage rapide

-

Jacqueline Lydia Mikolo, ministre de la Santé, a publié une note de service déterminant les modalités d’utilisation des tests sérologiques de diagnostic rapide de la Covid-19.

La ministre de la Santé qui a fait le constat de l’utilisation de tests sérologiques de diagnostic rapide de la Covid-19 par des laboratoires d’analyses médicales, entreprises, et formations sanitaires privées a réagi en interdisant cette pratique.

Une note circulaire, signée de la ministre, interdit toute activité de dépistage réalisée en dehors du cadre du plan national de riposte à la pandémie du Covid-19 et des établissements publics et privés agréés par le Comité technique de riposte.

La note précise que la stratégie nationale de dépistage à grande échelle retient uniquement l’utilisation de tests PCR. Par conséquent l’utilisation de tests de dépistage rapide est interdite pour le diagnostic et de prise en charge de la Covid-19.

Si la Covid-19 a lourdement affecté l’activité économique plongeant le pays dans une profonde récession, il a offert un marché porteur à quelques entrepreneurs opportunistes qui se sont lancés dans la commercialisation desdits tests.

Le ministère met en garde contre toute utilisation à des fins mercantiles des tests sérologiques eu égard des dispositions du décret №2020-139 du 25 mai 2020 instituant un régime de gratuité dans la prise en charge du traitement contre le Covid-19 au Congo.

Jacqueline Lydia Mikolo mobilise l’Inspection générale de la Santé et la direction générale des soins et des services de santé pour veiller à l’application de ces dispositions.

Cliquez ici pour obtenir la circulaire N°000013/MSPPFIFD/CTRPCOVID.20

Articles Populaires

La 44e édition de la Coupe d’Afrique des clubs champions de...

Le président du club multidisciplinaire de la Direction générale de la sécurité présidentielle (DGSP), Serge Oboa, et le 2e vice-président de la Confédération africaine...