dimanche, octobre 2, 2022
AccueilInternationalDiplomatieLe Congo et les USA entendent « inciter » les hommes d’affaires...

Le Congo et les USA entendent « inciter » les hommes d’affaires américains à investir au Congo

-

Brazzaville et Washington sont en discussion pour voir dans quelle mesure les investisseurs américains pourraient participer au développement économique et social de la République du Congo. 

L’ambassadeur des États-Unis d’Amérique en République du Congo, Eugene Stewart Young a été reçu en audience ce mercredi 4 mai à Brazzaville, par le ministre de la Coopération internationale et de la promotion du partenariat public-privé, Denis Christel Sassou Nguesso.

Les deux personnalités ont abordé les questions de développement économique. Eugene Stewart Young et son hôte ont notamment échangé sur le climat des affaires et la promotion des investissements des États-Unis vers le Congo.

« Nous avons réfléchi ensemble à la manière d’inciter les investisseurs américains à participer au développement économique et social de notre pays », s’est exprimé le ministre congolais.

De son côté, l’ambassadeur des USA s’est montré optimiste quant à l’atteinte de cette ambition. 

« Nous avons discuté des possibilités et des conditions importantes pour les compagnies américaines. Il y a déjà beaucoup de compagnies [américaines implantées au Congo, ndlr] mais nous espérons qu’il y aura d’autres qui viendront dans le futur », a déclaré Eugene Stewart Young.

Selon le ministère de la Coopération internationale, cette séance de travail a permis à Denis Christel Sassou Nguesso de présenter au diplomate américain le contexte général de la République du Congo. 

Il lui a notamment donné un aperçu des politiques et programmes mis en place pour assurer le développement économique et social de notre pays.

♦Lire aussi : Denis Christel Sassou Nguesso invite le Japon à investir au Congo

Les échanges ont aussi porté sur la coopération tant bilatérale que multilatérale entre le Congo et les États-Unis. L’homme politique congolais a relevé la nécessité de mettre en place un cadre, dit-il « plus formel » pour le suivi des relations entre leurs pays respectifs. 

Denis Christel Sassou Nguesso a également plaidé en faveur de l’instauration d’une « coopération multilatérale » avec la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (Fmi) entre autres.

Articles Populaires