AccueilSociétéL'ACAS et l'UNESCO en campagne contre les violences faites aux femmes

L’ACAS et l’UNESCO en campagne contre les violences faites aux femmes

-

 À l’instar d’autres pays à l’échelle mondiale engagés dans la lutte contre les violences faites aux femmes, la République du Congo ne reste pas en marge de ce combat.

Sur ce, 16 jours d’activisme ont été lancés du 25 novembre au 10 décembre, en vue  de mener à bien la sensibilisation.

Ces 16 jours d’activisme sont une occasion propice pour le gouvernement, les organismes internationaux et les acteurs de la société civile d’initier et maximiser les actions de sensibilisation, et de mobilisation contre les violences faites aux femmes et à la jeune fille.

Les violences à l’égard des femmes continuent d’être un obstacle à la réalisation de l’égalité, au développement, à la paix et à la réalisation des droits fondamentaux des femmes et des filles.

Engagée en première ligne sur les questions du genre, l’Association congolaise pour l’assistance sociale ne ménage aucun effort pour sensibiliser les femmes avec à la clé une série d’activités notamment, assister les victimes et dénoncer les faits via des campagnes de terrain, dans les écoles en distribuant des prospectus sur les dispositifs mis en musique par le gouvernement relatifs à la lutte des violences faites à l’égard des femmes, en participant aux plateaux spéciaux sur différentes chaînes de télévisions de la place et sur les médias en ligne. 

Depuis le 25 novembre dernier, les médias vibrent au rythme de cette campagne menée de mains de maître par les équipes de  l’ACAS. 

Des actions salvatrices que ladite association entreprend avec l’appui significatif du bureau UNESCO Congo. 

Une offensive médiatique qui vaut son pesant d’or au regard des conséquences qu’engendrent ces pratiques rétrogrades  dans la société congolaise. 

Pour aller plus loin dans ce combat si noble, l’ACAS et ses partenaires ont mis sur pied un spot de sensibilisation. Spot dans lequel plusieurs acteurs, leaders d’opinion invitent la communauté à s’engager dans la lutte afin d’inverser la tendance de ces pratiques  en République du Congo.

Cette campagne est nul doute l’une des plus grandes actions en cette période où l’attention est finalisée sur la gente féminine. 

Yoan Ibiliki, président de l’ACAS lance un appel aux victimes, et aux témoins de briser le silence, de prendre la parole et dénoncer ces comportements déviants en appelant les numéros verts, 117 pour joindre la police, 1444 du ministère de la Promotion de la femme et le 118 pour le compte des sapeurs pompiers. Une panoplie de services disponibles pour accompagner les victimes. 

Outre l’UNESCO à ses côtés, l’ACAS mène ses actions avec l’apport du ministère de la santé, de la promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement, et du Fonds des nations pour la population.

Articles Populaires