vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésJusticeInterpellation d'un agent des Eaux et forêts à la tête d'un groupe...

Interpellation d’un agent des Eaux et forêts à la tête d’un groupe de braconniers

-

Un agent du ministère de l’Economie forestière avec ses acolytes ont été interpellés par la gendarmerie du département du Niari le 21 septembre dernier pour trafic de pointes d’ivoires. 

Un groupe de braconniers est tombé dans les mailles de la gendarmerie, le 21 septembre dernier à Dolisie, dans le département du Niari. 

Ce groupe composé de trois membres est dirigé par un chef de poste des Eaux et forêts, explique Joseph Moumbouilou, directeur général de l’Economie forestière.

« Un agent des Eaux et forêts rattrapé avec ses deux complices par la gendarmerie a été pris la main dans le sac », a-t-il déclaré.

Ils ont été pris en flagrant délit de détention, circulation et tentative de commercialisation de deux pointes d’ivoires sectionnées en quatre (4). 

Ce qui représente un éléphant tué, espèce animale intégralement protégée au Congo par la Loi nᵒ 37-2008 du 28 novembre 2008 sur la faune et les aires. 

Cet instrument juridique dispose en son article 25 : « Sauf dérogations spéciales accordées aux détenteurs de permis de chasse scientifique par l’administration des eaux et forêts, les espèces d’animaux intégralement protégées ne font pas l’objet de chasse. »

Des sanctions seront prises à leur encontre notamment à l’égard de cet agent des services forestiers, a indiqué le directeur général de l’Economie forestière.

« Nous ne tolérons jamais qu’un agent des Eaux et forêts soit impliqué dans ce genre de trafic. Je pense que pour cet agent des Eaux et forêts la peine sera sévère », a affirmé Joseph Moumbouilou.

♦Lire aussi : 1ère sanction pénale d’un braconnier d’éléphants au Congo

De son côté, le colonel Bellarmin Ndongui, commandant en second, chef d’État major de la gendarmerie nationale, a relevé la nécessité de renforcer le dispositif sécurité autour des forêts. 

« Pour ce qui concerne la gendarmerie, nous sommes en train de prendre davantage conscience de ce phénomène, et le commandant de la gendarmerie a déjà donné les orientations pour que le déploiement dans les zones forestières puisse se renforcer », a souligné le colonel Bellarmin Ndongui. 

Les trois individus ont reconnu les faits qui leur sont reprochés et vont répondre de leurs actes devant le tribunal de grande instance de Dolisie.

Articles Populaires