dimanche, juillet 3, 2022
AccueilEconomieDenis Christel Sassou Nguesso apporte des éclaircissements sur le dossier Ecair

Denis Christel Sassou Nguesso apporte des éclaircissements sur le dossier Ecair

-

Le ministre de la Coopération internationale Denis Christel Sassou Nguesso a tenu à éclairer l’opinion publique sur l’état d’avancement du dossier de la relance des activités de la société aérienne Équatorial Congo Airlines (Ecair), c’était lors des travaux du Forum sur le Partenariat public-privé (FPPP) organisé du 30 au 31 mai au Centre international de conférences de Kintélé.

Le forum sur le partenariat public-privé a eu pour objectif de présenter les opportunités d’affaires qu’offre la République du Congo aux acteurs privés nationaux et étrangers afin de les inciter à investir, sous forme de partenariat public-privé, dans les différents projets et secteurs identifiés par le gouvernement dans le Plan national de développement 2022-2026.

Plusieurs thèmes dans différents domaines présentés par des panélistes ont été débattu au cours des travaux notamment dans le domaine des transports et de l’aviation civile .

A la question qu’en est-il du dossier de la société aérienne Équatorial Congo Airlines (Ecair) ? Le ministre de la Coopération internationale Denis Christel Sassou Nguesso a tenté de « donner l’information exacte et précise aux concitoyens sur ce dossier qui est suivi par le gouvernement. »

« L’Etat s’est engagé à prendre en charge la dette sociale que nous devons régler puisque ces obligations sont contenu aujourd’hui dans le pacte d’actionnaires qui a été signé par le nouveau conseil d’administration. Nous devons payer la dette bancaire d’Ecair qui est identifiée et nous devons également payer la dette de l’Etat auprès du Certificat de transport aérien (CTA) qui permettra à Ecair une fois cette dette apurée de pouvoir revoler », a indiqué.

La société Allegiance Capital de son côté s’est engagée à financer tous les investissements sur les quatre appareils d’Ecair qui aujourd’hui sont au sol, c’est-à-dire la remise en état, payer les assurances et faire tous les check aviation pour permettre à la compagnie de disposer de sa flotte.

« En réalité les investissements de l’Etat ne se limitent qu’au passif qui est déjà identifié, mais le partenaire avec lequel nous avons signé va poursuivre toute la phase d’investissement », a conclu le ministre.

Notons que la presse a critiqué l’absence de Kenneth Mouritzen, le chief executive office(CEO) du fonds d’investissement sud africain, Allegiance capital, repreneur de la compagnie Ecair.

Articles Populaires