Accueil Société Covid-19 : « La fermeture des écoles ne s’impose pas encore »

Covid-19 : « La fermeture des écoles ne s’impose pas encore »

-

Ce mardi 17 mars à Brazzaville, les ministres de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, Anatole Collinet Makosso, le ministre de l’Enseignement technique et professionnel, Nicéphore Fylla, de la Santé, Lydia Mikolo, et celui de la Communication et des médias, Porte-parole du gouvernement, Thierry Moungalla, ont rassuré l’Association des Parents d’élèves et étudiants du Congo (APEEC) sur les éventuelles inquiétudes liées au COVID-19, et du bon déroulement des cours.

La rencontre entre les 4 membres du gouvernement et le collectif des parents d’élèves a été centrée sur la gestion collective du planning scolaire dans le contexte de crise sanitaire mondiale, dont notre pays, touché par le Coronavirus, n’est pas épargné.

La priorité du ministère de l’Enseignement général est la protection de tous les acteurs du système éducatif national a rappelé le ministre Anatole Collinet Makosso. Précisant qu’en l’état actuel de la pandémie dans notre pays, et au vu de l’état d’avancement du calendrier académique, il serait judicieux que les cours se poursuivent. 

Selon les indications des autorités sanitaires, un seul cas a été confirmé sur le territoire national, et tous les niveaux de l’enseignement général sont actuellement en pleine évaluations du deuxième trimestre. D’un commun accord entre les parties, il a donc été jugé cohérent d’aller au bout des évaluations dont la fin est prévue pour le 21 mars.

« Les enfants seront bien suivis. Les évaluations se feront normalement. Et les enfants auront leurs enseignements sous une forme ou sous une autre. A partir de cette semaine, les enfants seront en vacances. Alors ce sont des vacances de façon claires. », a déclaré le ministre.  

Dans le même esprit que son collègue de l’Enseignement général, la ministre en charge de la santé, Jacqueline Lydia Mikolo est venu rassurer l’auditoire sur le niveau d’urgence sanitaire dans notre pays. « Nous étions à la phase une. La phase une, c’est la phase de prévention quand on a pas encore importé de cas. Notre pays est passé à la phase 2. Et dorénavant les mesures de la phase 2 s’appliquent. La phase 2 c’est celle au cours de laquelle on débute la riposte. Et dans notre cas la fermeture des écoles ne s’impose pas encore. »,  a-t-elle précisé.

La reprise des cours prévue initialement le 6 avril prochain est conditionnée par l’évolution de la situation sanitaire du pays.

Articles Populaires