dimanche, septembre 19, 2021
AccueilSociétéCongo-Brazzaville : les célébrations de fin d’année menacées par la crise sanitaire

Congo-Brazzaville : les célébrations de fin d’année menacées par la crise sanitaire

-

À l’approche des célébrations de fin d’année, l’opinion congolaise notamment celle de Brazzaville et Pointe-Noire s’interroge sur les conditions dans lesquelles celles-ci se dérouleront, au vu des restrictions sociales imposées par l’état d’urgence sanitaire maintenant un couvre-feu dans ces deux départements

Les célébrations de Noël et du nouvel an 2021 semblent compromises par la situation sanitaire qui affecte le Congo à l’instar de la plupart des pays du monde. 

Peu attendus, ces fêtes se dérouleront dans un contexte socio-économique morose marqué par des pertes d’emplois en cascade au cours des deux derniers trimestres, des secteurs d’activités inactifs depuis plusieurs mois, et des accompagnements gouvernementaux qui tardent à arriver.

Face à un tel tableau, nombreux s’accordent pour dire que ces fêtes seront tout sauf joyeuses. La Covid-19 continue de semer le chaos à travers le pays laissant incertains le lendemain de plusieurs compatriotes.

« Cela fait pratiquement 10 mois que je n’ai plus de salaire, je ne peux pas penser à la fête si je n’ai pas de quoi me nourrir. », affirme Claude, serveur dans une boîte de nuit à Pointe-Noire. Ce dernier dit être au chômage et sans salaire depuis l’annonce de la mesure interdisant l’ouverture de ces lieux festifs considérés comme favorables à la propagation de la maladie.

Du côté de ceux pour qui la crise a été plus clémente, on se pare à toute éventualité, « je vais sortir de Pointe-Noire, j’irai passer les fêtes chez moi à Dolisie. Là-bas au moins il n’y a pas ces contraintes. », déclare Kévin agent dans une entreprise parapétrolière.

Les conclusions de la prochaine réunion de la Coordination Nationale de gestion de la pandémie à coronavirus Covid-19 qui aura lieu avant le 15 décembre sera attendue par le plus grand nombre. Quelle qu’en soit l’issue, la tendance générale montre que la plupart des congolais privilégieront la célébration en famille où de proximité.

Seul point positif à mettre à l’actif de cette période particulière : moins de départs en vacances à l’extérieur du pays. Plusieurs familles de nationaux et d’expatriés ont décidé de ne pas prendre le risque de quitter le Congo pendant les fêtes. Ce qui constitue des ressources non négligeables qui seront dépensées aux profit de commerce locaux.

Articles Populaires