dimanche, juillet 3, 2022
Accueil+CMTCommuniquéCompte rendu de la 32ème réunion de la Coordination Nationale de gestion...

Compte rendu de la 32ème réunion de la Coordination Nationale de gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19

-

La Coordination Nationale de gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19 s’est réunie pour la 32ème fois ce Mercredi 29 décembre 2021, de 11h00 à 13h25, par visioconférence et sous la très haute autorité de Son Excellence, Monsieur Denis SASSOU N’GUESSO, Président de la République, Chef de l’Etat.

A été invité à se joindre aux Membres de la Coordination Nationale le Professeur Antoine Ange ABENA, président du Comité d’experts.

Deux (2) points étaient inscrits à son ordre du jour, à savoir :

– L’examen du 32ème Rapport de la Task Force à la Coordination Nationale de gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19 ;

– Les recommandations de la Coordination Nationale.

I/ – DE L’EXAMEN DU 32ème RAPPORT DE LA TASK FORCE PRES LA COORDINATION NATIONALE DE GESTION DE LA PANDEMIE DE CORONAVIRUS COVID-19.  

Invité par le Président de la République à prendre la parole, M. Firmin AYESSA, Ministre d’Etat, Ministre de la Fonction Publique, du Travail et de la Sécurité Sociale, Président de la Task Force, abordant la situation épidémiologique mondiale, a indiqué que le contexte mondial caractérisé par la recrudescence de la pandémie à Covid-19, notamment avec la montée inexorable du variant Omicron, conduisant de nombreux Etats à prendre à nouveau des mesures restrictives et à envisager l’obligation d’une dose de vaccin de rappel.

  • La situation épidémiologique.
  1. Au niveau mondial, dans le contexte actuel de montée fulgurante du variant Omicron, le nombre de cas confirmés de COVID-19 est passé de 262 909 940 à 275 614 341 au 24 décembre 2021, soit une augmentation de 12 704 401 cas en 12 jours pour une moyenne journalière de 1 058 700 cas supplémentaires.

Pour la même période, le nombre de décès est passé de 5 224 758 à 5 366 736 décès, soit une augmentation de 141 978 décès pour une moyenne de 11 832 décès par jour. Le taux de létalité quant à lui est resté quasiment identique à celui la période antérieure (1,94%)

  1. En Afrique, sur les sept (7) derniers jours, soit du 18 au 24 décembre 2021, la région Afrique a enregistré 249 524 cas confirmés et déploré 727 décès.
  2. Au Congo : au 23 décembre 2021, 309 065 personnes ont été testées, pour 20 089 cas confirmés, 1 187 cas actifs et 367 décès.

Dans la période du 18 octobre au 23 décembre 2021, 62 367 personnes ont été testées, 3 792 tests se sont révélés positifs, soit un taux de positivité de 6,46%. Au cours de la même période, 133 décès ont été enregistrés, soit un taux de létalité de 3,7%.

Du 1er au 23 décembre 2021, un total de 20 546 personnes a été testé, 828 résultats se sont révélés positifs, soit un taux global de positivité de 4,03%. Si cette tendance à la hausse se poursuit, le rythme de nouvelles contaminations pourrait atteindre au moins 286 nouvelles infections sur 7 jours, d’ici la fin de décembre 2021.

Les départements les plus touchés demeurent de loin Brazzaville, avec 12 262 cas confirmés, soit 61,03% et Pointe-Noire avec 6 902 cas confirmés, soit 34,3%.

La Coordination Nationale note, pour le déplorer, qu’après la tendance à la baisse du niveau de contamination, des taux de positivité et de létalité constatés grâce à l’opération « coup de poing » le nombre de cas positifs est passé, depuis la fin de ladite opération, de 400 à 972 cas, pour atteindre 1247 cas positifs au 27 décembre 2021, soit un triplement. Cette tendance négative est en grande partie due au relâchement durant la période qui a immédiatement précédé les fêtes de Noël, durant ces fêtes elles-mêmes, puis dans les jours qui ont suivi.

La circulation de variants plus contagieux, comme le variant Omicron, plus contagieux que le variant Delta, si elle peut expliquer ce rebond important, est probablement amplifiée par le relâchement dans l’application des mesures barrières durant les fêtes de la Nativité. 

A cet égard, la Coordination Nationale invite les autorités compétentes à renforcer les mesures de contrôle et de surveillance du respect de ces mesures barrières à l’orée des fêtes de la Saint Sylvestre et du Nouvel An

  • Les mesures de riposte
  1. Le dépistage et le suivi épidémiologique

Après s’être vue présenter les actions menées sur la période, en matière de dépistage et de suivi épidémiologique, la Coordination Nationale s’est réjouie du fait que, grâce  à la coopération avec l’Allemagne, le Congo vient de se doter d’un dispositif de dépistage performant, d’une capacité journalière de 6.000 tests, ce qui le situera au-dessus du seuil de performance de 10 tests pour 10.000 habitants défini par la Région OMS Afrique.

  1. La prise en charge

Notre pays totalise 15 sites dédiés à la prise en charge des patients COVID-19, soit 6 du secteur public et 9 du secteur privé, implantés à Brazzaville, Pointe-Noire et Oyo.

Dans les autres départements, la prise en charge est assurée par les hôpitaux de district.

La Coordination Nationale rappelle à nos compatriotes que les données médicales et scientifiques collectées par les autorités sanitaires permettent d’établir que si le rebond épidémique ne s’est, heureusement, pas pour l’instant traduit par une plus grande pression sur les services hospitaliers et de prise en charge, il faut néanmoins noter que  les hospitalisations de patients Covid-19 concernent les personnes non vaccinées pour 92%, contre 8% des personnes vaccinées ; elle constate également que les personnes non vaccinées ont plus de risque de développer une forme sévère de la COVID-19 (96% des non vaccinées présentent des formes graves de la maladie contre 3,1% chez les personnes vaccinées).

  1. La vaccination

 La vaccination demeure donc le moyen le plus efficace de prévention contre la Covid-19.

Comme les statistiques dévoilées ici le démontrent, la vaccination, si elle n’empêche pas d’être contaminé par la Covid-19, permet de se protéger des formes les plus graves, celles qui sont susceptibles d’entrainer le décès du malade. De même, la très grande majorité des cas graves hospitalisés sont des personnes non vaccinées.

Lors de son Message sur l’Etat de la Nation prononcé ce 28 décembre 2021 devant le Parlement réuni en Congrès, SEM ; le Président de la République déclarait à ce propos : « notre salut est dans le vaccin. L’immunité active et collective en constitue le point d’orgue. La mise en œuvre d’une riposte adéquate, principalement à travers l’adhésion massive des populations à la campagne de vaccination et le respect rigoureux des gestes barrières, par tous, placera progressivement notre pays à l’abri de l’incidence meurtrière de la pandémie de COVID-19 ».

Dans la période du 9 au 23 décembre 2021, 5885 personnes ont été complètement vaccinées.

Ce chiffre réalisé en l’espace de 15 jours est en deçà de la moyenne journalière atteinte pendant l’opération coup de poing COVID-19, soit 6.622 personnes vaccinées.

La moyenne journalière actuelle de 392 personnes vaccinées est la plus basse depuis le lancement de la vaccination le 24 mars 2021.

A ce stade, la Coordination Nationale constate une chute brutale du nombre de vaccinations ; la vaccination est pourtant le seul moyen, avec le respect des mesures barrières et la distanciation de combattre efficacement la pandémie de Covid-19.  Aussi, et sur la base des orientations claires du Président de la République énoncées lors de son Message précité, la Coordination Nationale rappelle qu’un sursaut est nécessaire pour relancer la vaccination et renforcer, par des actions plus offensives, la sensibilisation et la communication de proximité à l’endroit des Congolaises et des Congolais.

  • Mise en œuvre des mesures d’assouplissement et propositions de la coordination

A l’issue de sa Réunion du 10 décembre dernier, la Coordination nationale avait décidé d’assouplir certaines mesures prises antérieurement dans le cadre de la prévention de la propagation de la Covid-19.

Sans préjuger du fait que la crise sanitaire persiste et qu’elle oblige les populations à maintenir la vigilance, par le respect des mesures barrières et le choix de la vaccination, les mesures d’assouplissement se justifiaient par la tendance baissière du taux de positivité constatée depuis le lancement, pour 45 jours, de l’opération « Coup de poing Covid-19 ».

Il est encore prématuré d’évaluer la mise en œuvre de ces mesures, même si, et on vient de le voir, les premières impressions sont négatives, pour les raisons énoncées ici. La Coordination Nationale avait annoncé, lors de sa réunion précédente, qu’une évaluation serait effectuée courant janvier 2022.

La Coordination Nationale relève ici que l’approche des pouvoirs publics, si elle consistait depuis mars 2020 et le début de la pandémie, à mener une riposte fondée sur l’anticipation et la prévention, s’est peu-à-peu enrichie d’un nouveau pilier ;  à ces deux piliers, et dans le but de concilier la nécessaire reprise économique et répondre à la résilience du peuple qui ne s’est pas démentie durant ces deux années, s’est en effet ajoutée une politique d’adaptation permanente à une pandémie et un virus imprévisibles.

Dans ce contexte, lors de sa prochaine Réunion, qui se tiendra courant janvier 2022 et qui sera en grande partie consacrée à un bilan de la riposte nationale contre la Covid-19 durant l’année 2021, la Coordination Nationale sera amenée à proposer, le cas échéant, les mesures correctrices nécessaires.

En attendant les rapports d’évaluation des mesures d’assouplissement édictées et, tenant compte à la fois de l’évolution actuelle de la pandémie et de la circulation accélérée du variant Omicron, la Coordination nationale a retenu de nouvelles mesures et proposé la reconduction de certaines autres, et ce ainsi qu’il suit : 

  • Au titre des nouvelles mesures :
  1. rendre obligatoire le dépistage par le test RT-PCR de tous les passagers à leur entrée au Congo par le Beach de Brazzaville et le poste-frontière de Tchiamba-Nzassi.

Prenant, en outre, appui sur les évolutions actuelles dans le domaine du dépistage de la Covid-19, la Coordination Nationale propose de reformuler la mesure relative à la durée du test RT-PCR, ainsi qu’il suit :

  1. exiger la présentation, à la frontière, d’un test RT-PCR négatif de moins de 24h pour tous les passagers au départ du Congo et d’un test RT-PCR négatif de moins de 72h à l’entrée du pays, à l’exception des enfants de moins de dix (10) ans.
  • Au titre des mesures reconduites :

La Coordination nationale propose de reconduire les mesures ci-après :

(1) proroger l’état d’urgence sanitaire pour une nouvelle période de vingt (20) jours à compter du 3 janvier 2022 ;

(2) maintenir  le  couvre-feu  de 23h00 à  05h00  du  matin à  Brazzaville  et  Pointe-Noire, tous les jours de la semaine ;

(3) maintenir le port obligatoire et conforme du masque de protection ;

(4) faire observer, partout et par tous, toutes les mesures barrières ;

(5) poursuivre les campagnes de sensibilisation et de prévention ;

(6) recommander à toutes les catégories socio-professionnelles cibles de la vaccination de se faire vacciner et inviter les employeurs tant publics que privés à inciter leurs employés à en faire autant ;

(7) organiser régulièrement le dépistage des personnes les plus exposées au risque de contamination ;

(8) organiser les conditions d’un dépistage systématique des voyageurs venant de l’étranger aux points d’entrée de notre pays ;

(9) réaliser régulièrement des tests rapides antigéniques nasopharyngés dans tous les départements du pays pour le dépistage de routine de la Covid-19 ;

(10) maintenir l’interdiction de l’utilisation des tests rapides antigéniques salivaires dans les points d’entrée et de sortie du territoire ;

(11) obliger, sous peine de forte amende, les transporteurs en commun (autocars, taxis, trains, bateaux, hélicoptères et avions) et privés (voiture, bateaux et avions privés) à respecter la distanciation physique et à exiger de tout passager à bord le port conforme du masque de protection individuelle ;

(12) exiger des gérants des bars, restaurants et autres lieux de rassemblement de privilégier l’accueil des clients ou du public en extérieur et d’aérer les espaces d’intérieur lorsqu’ils reçoivent de la clientèle ou du public ;

(13) faire respecter les gestes barrières pendant le déroulement de tout événement familial, notamment les mariages, veillées funèbres, levées de corps et obsèques, situations particulièrement propices à la contamination à la Covid-19 ;

(14) maintenir la fermeture des boîtes de nuit et autres lieux de danse ;

(15) autoriser la reprise des entraînements et des compétitions de sports collectifs, tout en invitant les autorités compétentes, notamment les fédérations sportives, à s’assurer que le nombre de personnes autorisées à y assister soit de 50 personnes au maximum ;

(16) rendre obligatoire le test RT-PCR pour tous les passagers en provenance de l’étranger.

Fait à Brazzaville, le 29 Décembre 2021

Pour la Coordination Nationale de Gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19,

Le Ministre de la Communication et des Médias, Porte-parole du Gouvernement

Articles Populaires