vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésJusticeVers la création d'un centre pour l’accueil et la réhabilitation des femmes...

Vers la création d’un centre pour l’accueil et la réhabilitation des femmes et filles victimes de violences

-

Le Conseil des ministres qui s’est réuni ce mercredi 30 novembre, à Brazzaville a approuvé un projet de loi portant création du Centre Mouebara pour l’accueil et la réhabilitation des femmes et filles victimes de violences.

Le ministère de la Promotion de la femme, de l’intégration de la femme au développement et de l’économie informelle a présenté ce mercredi 30 novembre au Palais du Peuple, à Brazzaville, deux affaires. 

Il s’agit notamment d’un projet de loi portant création du Centre Mouebara pour l’accueil et la réhabilitation des femmes et filles victimes de violences.

Selon la ministre en charge de la Promotion de la femme, Inès Ingani, le projet de loi relatif à la création du Centre Mouebara pour l’accueil et la réhabilitation des femmes et filles victimes de violences a pour objectif : « de réitérer la volonté politique des pouvoirs publics de leur porter une assistance multiforme. »

Ainsi, ce centre sera constitué sous forme d’établissement public administratif avec une « gestion adaptée aux réalités de terrain », renseigne le compte rendu du Conseil des ministres. 

Il regroupera en son sein, un ensemble de services médicaux, sociaux, administratifs et juridiques animés par des spécialistes, notamment psychologues, juristes, travailleurs sociaux et médecins.

♦Lire aussi : Violences faites aux femmes : la loi Mouebara ​crée la polémique

Au terme des discussions, le projet soumis à l’examen des membres du Conseil des ministres a été adopté. Il sera transmis au Parlement pour examen et adoption.

Notons que la loi n°19-2022 du 4 mai 2022 portant lutte contre les violences faites aux femmes en République du Congo, dite loi Mouebara, prévoit en son article 30 que l’Etat doit favoriser la création d’espaces de conseil et de centres d’assistance clinique, psychologique, sociale et juridique pour prévenir les violences et porter assistance aux victimes.

Ce projet de loi est également le fruit de la mise en œuvre des engagements internationaux auxquels le Congo a souscrit, a indiqué la ministre.

Articles Populaires