lundi, septembre 28, 2020
Accueil +CMT Hi_Tech Un jeune congolais crée un portique automatisé pour lutter contre le Covid-19

Un jeune congolais crée un portique automatisé pour lutter contre le Covid-19

-

Dans le cadre de la mise en œuvre de mesures de lutte et de prévention contre le Covid-19, plusieurs acteurs sont appelés à contribuer, notamment les entrepreneurs qui sont des apporteurs de solutions. Nous nous sommes entretenus avec David Ndzassi, jeune entrepreneur congolais basé à Pointe-Noire qui a mis au point un portique de désinfection 100% automatisé. Il se livre à notre rédaction pour nous donner les détails de son invention.

Présentez-vous.

Je suis David Nzassi, j’ai 28 ans, je suis ingénieur de formation, en 2015, j’ai lancé ma structure Smart House spécialisée dans la prestation de services électronique, de maintenance, et réseau informatique. Trois ans plus tard j’ai créé mon établissement “Smart School polytechnique” basée à Pointe-Noire. J’ai plusieurs créations dans le domaine de l’innovation à mon actif, qui ont été réalisées dans le cadre de projet au sein de mon école. J’ai travaillé très tôt dès l’âge de 18 ans au service après vente de VMK. 


Présentez votre invention « Smart Portique ». 

Avec l’arrivée du Covid-19 on s’est demandé qu’est ce qu’on peut faire. Les masques, c’était basic pour nous, on a pensé aux gels, et notre réflexion nous a portée jusqu’à l’idée de la création d’un portique. Nous avons imaginé plusieurs systèmes intégrés à ce portique à savoir un thermomètre pour la prise de température, un système de soufflerie pour la désinfection, et une fontaine automatique pour le lavage des mains. 

Chacune de ces étapes est automatique tout est programmé à l’intérieur du module, on a une centrale qui commande chacune de ces applications. Nous avons également incorporé un téléphone qui va permettre au portier qui sera en charge de l’équipement de passer un appel à partir du portique en cas de situation suspecte. Nous avons rajouté une caméra qui va visualiser les personnes qui passent par le portique, ce qui nous permet en plus d’envoyer et de conserver des informations sur une base de données. Ça peut aussi permettre de gérer l’équipement à distance.  

Quelle est l’utilité de cette innovation face à la crise que traverse le monde et le Congo en particulier ?

« C’est un outil préventif, il permet de limiter la propagation du virus d’une part parce qu’il alerte en cas de température anormale, aussi parce qu’il permet de désinfecter les individus, donc, éviter la propagation des germes dans les administrations. Enfin, grâce au système de lavage des mains automatisé, on réduit les contacts et on s’assure d’être bien desinfecté après le rinçage de nos mains. Il peut aussi servir pour l’alerte grâce au système de téléphonique GSM incorporé on peut rapidement entrer en contact avec les autorités sanitaires, la caméra permet d’identifier les individus suspects. »

D’où vous proviennent les matériaux qui vous permettent de mettre au point cet équipement ?

« Nous avons travaillé avec des ateliers qui ont des appareils industriels, au niveau de notre institut, on a une salle de machines, on a des équipements comme les fers à souder, l’étain, les câbles… Il y a aussi quelques matériaux qu’on peut commander à l’extérieur pour nous aider. Mais pour ce qui est du prototype on a tout trouvé localement, on n’a rien importé ».

Quelles sont vos capacités de production à ce jour ?

« Nous nous sommes lancés avec nos propres moyens. L’objectif, c’était de produire un prototype pour le présenter au ministère de la Santé pour qu’il soit validé et avoir des retours sur les éventuelles améliorations à prévoir. Nous souhaitons avant de nous engager, faire certifier l’équipement. Si on obtient un accompagnement, on peut produire une dizaine d’équipements par jour ». 

Nous avons découvert votre invention sur Twitter où vous lanciez un appel aux autorités pour être accompagné, quelles sont concrètement vos attentes ? 

« Ce qu’on fait, c’est pour le bien de notre pays, toutes les marques qu’on voit dans notre pays, on été accompagnées par leurs dirigeants. Pour fabriquer plusieurs portiques qui vont protéger les populations lorsqu’on va passer dans une phase de déconfinement partiel, on aura besoin des portiques à l’entrée des administrations. Nous avons pris connaissance d’un comité de riposte au Covid-19 au Congo, on souhaite travailler avec ce comité pour apporter notre expertise. Notre appel aux autorités vise à participer à la riposte contre le Covid-19 ».

Avez-vous déjà eu des contacts dans ce sens ?

« Concernant le secteur public, j’ai eu un premier rendez-vous à la préfecture de Pointe-Noire, où il nous a été demandé de présenter un catalogue que je leur soumettrai dans les prochains jours. Rien de concret pour l’instant. Pour ce qui est du privé, il y a des propositions qui arrivent que nous sommes en train d’analyser ». 

Articles Populaires