jeudi, septembre 23, 2021
AccueilEconomieRéduction de la fracture numérique comme facteur d’innovation

Réduction de la fracture numérique comme facteur d’innovation

-

Sous le patronage du Premier ministre chef du Gouvernement, Clément Mouamba, le ministère des postes et télécommunications et de l’économie numérique en partenariat avec Union Internationale des Télécommunications (UIT) a organisé du 14 au 16 octobre à Brazzaville un atelier régional des pays francophones et anglophones consacré à la réduction de la fracture numérique, et à l’accélération de la transformation digitale.

Le centre de conférence de Kintélé a accueilli, ce début de semaine, plusieurs des acteurs impliqués dans l’entrepreneuriat et l’innovation numérique. Dans son propos liminaire, le Ministre congolais des postes et télécommunications et de l’économie numérique a défini ce rendez-vous comme étant  « une occasion d’accroître la compétitivité en télécommunications, la productivité, les méthodes de travail devant permettre aux pays membres d’atteindre la 4e révolution industrielle. »

Le programme de l’atelier s’est appuyé sur le “Digital Skills Toolkit”, un guide bonnes pratiques et initiatives nationales et régionales favorisant l’innovation et la transformation numérique.

Pendant trois jours, des intervenants se sont succédés pour mettre en exergue l’intérêt d’un renforcement des capacités et des compétences afin de construire des écosystèmes numériques. Le rôle des Etats comme acteurs de la mise en oeuvre des politiques d’accompagnement favorables au développement du processus a également été pointé.

Parmi les résultats attendu lors de cet atelier, il y avait « l’identification des parties prenantes, des champions et des programmes de bonnes pratiques de la région » et « permettre aux participants de disposer de méthodologies, de cadres, d’outils et d’études de cas pertinentes pour accélérer la transformation numérique en favorisant l’innovation et l’esprit d’entreprise. » a annoncé le ministère en charge de l’économie numérique.

Au terme de cette rencontre, Jean Jacques Massive Landji, représentant de l’UIT pour l’Afrique centrale et Madagascar, s’est dit satisfait de l’organisation,  avant d’appeler le gouvernement congolais, à tout mettre en œuvre afin de « favoriser l’entrepreneuriat et les écosystèmes de startups ».

Articles Populaires