dimanche, juin 20, 2021
AccueilPolitiquePhilippe Mvouo s’indigne de la pauvreté des débats sur Télé et Radio...

Philippe Mvouo s’indigne de la pauvreté des débats sur Télé et Radio Congo

-

Le président du Conseil Supérieur de la Liberté de Communication (Cslc) Philippe Mvouo a dénoncé la pauvreté de débats contradictoires dans les programmes de la Radio et la Télévision nationale. 

Dans une interview accordée à Radio Congo ce lundi 2 novembre, le président du Conseil Supérieur de la Liberté de la Communication, Philippe Mvouo est monté au créneau pour dénoncer les manquements constatés dans la programmation des médias publics.

Dans son propos, Philippe Mvouo a pointé du doigt le manque de débats contradictoires sur les antennes de Radio et Télé Congo, deux chaînes nationales congolaises.

« C’est ce que nous constatons, la pauvreté de débats au niveau des programmes, au niveau de vos radios, au niveau de vos télévisions. Souvent, il n y a pas de débats contradictoires. Il n’existe pas de débat contradictoire sur Télé Congo et Radio Congo! Ce n’est pas normal. Vous avez appris votre métier, faites votre métier. », s’indigne-t-il .

Pour le patron du Cslc, les acteurs de la majorité, de l’opposition et du centre ainsi que les acteurs de la société civile n’ont pas l’occasion de discuter autour d’un même plateau soit à Télé Congo, soit à Radio Congo de façon démocratique. 

Le régulateur des médias dénonce cette situation, et refuse de croire à une oppression des pouvoirs publics. « Je ne crois pas que le Gouvernement puisse imposer des programmes particuliers aux médias publics. Ce n’est pas possibles. », affirme-t-il.

Philippe Mvouo invite les médias nationaux à s’illustrer par la qualité des émissions proposées et à travers la qualité des programmes diffusés.

Pour lui, bien que « l’homme politique congolais n’aime pas le débat contradictoire », la responsabilité incombe au journaliste de soumettre ces derniers aux règles qu’imposent une pratique professionnelle du métier de journaliste. 

En marge de ce rappel à l’ordre, le président du Cslc a également déploré, le manque de volonté des professionnels des médias à réaliser les démarches visant à obtenir leurs cartes professionnelles de presse

Articles Populaires