vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésJusticeL'étudiante Chancelia Moulounda retrouve sa liberté après 616 jours de détention

L’étudiante Chancelia Moulounda retrouve sa liberté après 616 jours de détention

-

Chancelia Delfry Moulounda, étudiante congolaise de 27 ans détenue depuis février 2021 à la maison d’arrêt de Brazzaville a été provisoirement libérée le 14 octobre 2022. Cette dernière avait été accusée « d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat et détention illégale d’armes de guerre ».

Après avoir passé 20 mois, soit 616 jours de détention, Chancelia Moulounda a enfin retrouvé sa liberté. Elle bénéficie depuis le 14 octobre dernier d’une libération provisoire.

La jeune fille qui a toujours clamé son innocence avait été accusée d’atteinte à la sécurité intérieure de l’État et de détention illégale d’armes de guerre.

« Les accusations sur une possible existence d’un plan à vouloir empêcher la tenue du scrutin présidentiel de mars 2021 et renverser les institutions de la République ne reposent sur aucun élément sérieux », indique un communiqué du Centre d’actions pour le développement (CAD), ONG qui a suivi de près cette affaire.

Cette libération provisoire est donc un soulagement pour la famille de la jeune fille mais également pour le CAD satisfaits de cette décision prise par le juge d’instruction en charge de cette affaire.

 « Nous ne pouvons que jubiler. Certes, c’est une libération provisoire, mais elle marque tout de même une étape importante vers l’abandon des charges forgées de toutes pièces qui pèsent contre elle », a signifié Trésor Nzila, directeur exécutif du CAD interrogé par nos confrères de RFI.

Chancelia Moulounda étudiante en Master de Langue et littérature française à l’Université Marien Ngouabi a été arrêtée le 5 février 2021 puis gardée à la Centrale d’intelligence et de Documentation jusqu’au 25 février 2021, date à laquelle elle a été déférée devant le Procureur de la République qui, a décidé de la procédure de crime flagrant et décerné un mandat de dépôt contre elle, pour des faits supposés d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat et détention illégale d’armes de guerre.

Articles Populaires