samedi, novembre 28, 2020
Accueil Actualités Justice Les nouveaux membres du Conseil supérieur de la magistrature sont connus 

Les nouveaux membres du Conseil supérieur de la magistrature sont connus

-

Le Premier président de la Cour suprême, Henri Bouka, a dévoilé ce début de semaine les noms des candidats élus au Conseil supérieur de la magistrature à l’issue du scrutin du 17 octobre dernier.

Les résultats de l’élection des nouveaux membres du Conseil supérieur de la magistrature ont été révélés ce lundi 19 octobre à Brazzaville par Henri Bouka, Premier président de la Cour suprême.  

Six (6) nouveaux magistrats ont été désignés par leurs pairs pour mener les destinés de cette institution de lutte contre les indélicatesses des magistrats en République du Congo. 

Sur les six (6) sièges qui ont été à pourvoir, chacune des trois (3) juridictions réparties par ordre hiérarchique, à savoir, les cours d’appel, les tribunaux de grande instance et des juridictions assimilées ainsi que les tribunaux d’instance ont toutes reçus deux nouveaux dirigeants.  

Concernant les cours d’appel sur 102 inscrits, 78 magistrats ont voté. C’est Jean Marie Moulongo, président de la cour d’appel d’Owando, qui a été choisi avec 43 suffrages exprimés et Cyprien Ganzino-Ngounga, président de la Cour criminelle de Brazzaville (Cour d’appel) avec 37 voix. 

Pour les tribunaux de grandes instances et les juridictions assimilées, le choix a été porté sur le président du TGI de Pointe-Noire, Reno Weber Von Epsier Tendi Fango, avec 167 voix sur 500 inscrits pour 396 votants. Il sera assisté par un vice-président, Christian Régis Ekoundzola, 139 voix. 

Au niveau des tribunaux d’instance, il y a eu 46 inscrits pour 42 votants, soit 15 voix pour le président du tribunal d’instance de Ouenzé-Talangai, Shaleur Itoua Okombi Okouala, et 25 suffrages exprimés pour le président du tribunal d’Abala, Edlin Jubelor Ayessa Vendze

Les nouveaux dirigeants sont élus pour un mandat de trois (3) ans renouvelable une fois, selon les conditions régies par la Loi organique n° 94-100 du 5 février 1994 sur le Conseil supérieur de la magistrature. Ils seront validés par un décret présidentiel avant leur prise de fonction, a laissé entendre Henri Bouka. 

Articles Populaires