jeudi, octobre 29, 2020
Accueil Actualités Diaspora Les étudiants congolais de l'EAMAU au Togo réclament 42 mois de bourse...

Les étudiants congolais de l’EAMAU au Togo réclament 42 mois de bourse impayée

-

Les étudiants congolais de l’École Africaine des Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme (EAMAU) de Lomé alertent sur la situation de précarité extrême à laquelle ils sont confrontés après 42 mois d’impayés de bourse. Contacté par notre rédaction, un des étudiants fait un témoignage de la situation.

Une manifestation sur le campus pour la revendication de leur bourse, voici l’action désespérée organisée par les étudiants congolais de l'(EAMAU) afin d’alerter les autorités congolaises sur leur situation.

L’École Africaine des Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme (EAMAU) est une école inter-Etat de formation en Architecture, Urbanisme et Gestion Urbaine elle accueille les étudiants de 14 États africains qui y accèdent par voie de concours organisés par lesdits Etats.

« Nous avons satisfaits au concours il y a de cela 4 ans, en arrivant à Lomé pour les études, nous avons pris une inscription en première année. L’école nous fait savoir que les logements, la nutrition et même les frais d’inscription sont à la charge des étudiants eux-mêmes, sauf les frais de scolarité qui sont payés par nos États », précise notre interlocuteur qui requiert l’anonymat.

Selon notre source, depuis l’entame de leur formation jusqu’a ce jour, il n’ont perçu que récemment une tranche, soit un trimestre, de bourse de la part de l’Etat congolais. « Aujourd’hui nous totalisons 42 mois sans bourse. Cela a engendré des conséquences très graves à notre égard. », relève-t-elle.

Une situation qui a pour conséquence un mode de vie dominé par la précarité, souligne l’étudiant, « nous vivons à 3 voir même à 5 dans des chambres de 10 m2. Au niveau des équipements, nous travaillons sur des ateliers énormes mais nos machines ne répondent pas. Le manger, c’est encore plus grave, on est abonné aux restaurants de fortune ce que nous appelons  »maléwa » au Congo ».

Las de toutes ces préoccupations qui ne permettent pas aux apprenants de s’épanouir et de peaufiner leur apprentissage dans des conditions favorables au succès, les étudiants congolais interpellent les autorités congolaises afin que ces dernières mettent à disposition les « 42 mois voir au-moins 36 mois » de bourse qui leurs sont dûs.

Articles Populaires