dimanche, octobre 17, 2021
AccueilSociétéLe gouvernement condamne le viol de trois jeunes filles à Brazzaville

Le gouvernement condamne le viol de trois jeunes filles à Brazzaville

-

Le gouvernement par le truchement de la ministre de la Promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement, Inès Nefer Ingani a exprime sa colère cette semaine suite au viol de trois jeunes filles dans les quartiers de Brazzaville.

La ministre de la Promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement, Inès Nefer Ingani a rendu visite ce vendre 24 à trois filles mineures violées dans les quartiers de Brazzaville, à savoir à Ouenzé, Moukondo et la Blaide.

Lors de sa descente, la ministre a voulu s’enquérir de la situation. Parmi les victimes, une enfant de 11 ans résidant dans le 5e arrondissement Ouenzé a été violée par deux hommes, dans un garage en plein jour. Une autre a quand elle était violée, droguée puis séquestrée de 17h à 22h au quartier La Blaide au 4e arrondissement Moungali. 

Des actes fermement condamnés par la ministre qui a d’ailleurs haussé le ton je suis en colère, ça c’est sûr. Emue, c’est trop faible, j’exprime là un ras-le-bol tout simplement au nom du gouvernement. La loi est là pour les actes qui sont posés. » 

Traumatisée, l’une des victimes habitant le quartier Moukondo, dans l’arrondissement 4 Moungali, dit avoir désormais peur des gens, et demande que justice soit faite. « J’ai maintenant peur des gens et j’aimerais que ça puisse cesser et qu’on puisse arrêter ces gens [violeurs, ndlr] pour qu’ils puissent payer, a-t-elle demandé. 

Les autorités congolaises assurent avoir écouté d’une oreille attentive. La ministre et sa suite ont souligné que ces malfrats seront “condamnées jusqu’à la dernière énergie”. 

« C’est vraiment un acte rébarbatif qui est condamnable, et je crois que madame la ministre a dit avec les mots qui sont les siens. Je crois que notre police fera de sorte que la justice soit faite et que les auteurs de ces actes ignominieux soient condamnés jusqu’à la dernière énergie“, a garanti le maire Ouenzé, Marcel Nganongo. 

Pour sa part, Ines Nefer Ingani a évoqué la nécessité de construire un centre de réhabilitation pour la femme et l’enfant victimes de violences.  

Du côté des parents de victimes, c’est un réconfort d’avoir reçu la ministre.Je suis réconforté. J’ai le sentiment de joie, de satisfaction par rapport à la présence de notre ministre. La ministre des femmes est venue représenter le gouvernement pour traduire la considération qu’à le gouvernement vis-à-vis du peuple par rapport à ce phénomène de viol qui est presque recurrent tous les jours et tous les mois”, a indiqué un père de famille. 

Les auteurs de ces forfaitures sont entre les mains de la police. Ils ont demandé pardon pour les forfaits commis. 

Articles Populaires