dimanche, juin 20, 2021
AccueilEconomieLe Congo met un terme à l'exportation des grumes

Le Congo met un terme à l’exportation des grumes

-

La République du Congo a signé la fin de l’exportation des grumes sur son territoire à des fins économiques, l’annonce a été faite, par le Président de la République, Denis Sassou Nguesso, ce mercredi 23 décembre 2020, lors de son adresse à la Nation devant le Parlement réuni en Congrès.   

Cette réforme politique en matière de gestion forestière nationale fait partie des innovations apportées par le nouveau Code forestier congolais approuvé par le Sénat et l’Assemblée le 8 juillet dernier.  

Au cours de ses six dernières années, le pays a connu un effondrement de ses recettes passant de 4 152 milliards de francs CFA en 2014, à 1 469 milliards de francs CFA à fin décembre 2020, soit une baisse de 65%, à indiqué le chef de l’Etat. 

Face à cette chute drastique des recettes, le gouvernement a jugé nécessaire de procéder à la révision de sa politique en matière d’industrie forestière. 

« L’amélioration des recettes de l’Etat est une condition sine qua none pour soutenir et accélérer la reconfiguration de l’espace économique et financier national. », a déclaré le Président de la République. 

Il a été décidé à cet effet, l’élargissement de l’assiette fiscale du secteur forestier ; l’institution du régime de partage de production dans le secteur forestier ; l’obligation de la transformation intégrale des grumes sur le territoire national et le passage à la phase de production de nouveaux permis d’exploitation minière.

« Ces actions concourent à la diversification de l’économie nationale. Là, se joue aussi, pour notre pays, un palier décisif de son industrialisation, source de nombreux emplois pour les jeunes. », a affirmé Denis Sassou Nguesso.

Au vu de ces réformes, l’article 258 du nouveau Code forestier congolais stipule que les sociétés forestières implantées sur le territoire national à la date de promulgation de la présente loi doivent mettre en place leurs unités de transformation telles que stipulées, dans un délai maximal de trois ans, en vue de leur adaptation aux dispositions de la présente loi et des règlements pris pour son application

La décision de mettre fin à l’exportation de bois bruts s’inscrit dans la dynamique adoptée par l’ensemble des pays de la sous région.

Le 18 septembre dernier, Rosalie Matondo, ministre de l’Economie forestière de la République du Congo prenait part au conseil des ministres des forêts du Bassin du Congo axé sur l’exportation de bois non transformés en zone CEMAC. À l’instar de ses homologues de la CEMAC, elle avait approuvé la disposition interdisant l’exportation de grume de bois à partir du 1er janvier 2022 dans la sous région.

Articles Populaires