jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésJusticeLaborex Congo menacé de poursuite judiciaire par le Synaphac

Laborex Congo menacé de poursuite judiciaire par le Synaphac

-

Le Syndicat national des pharmaciens du Congo (Synaphac) envisage d’intenter une action en justice contre le laboratoire pharmaceutique Laborex Congo. Il est accusé d’avoir approvisionné la pharmacie Abdoul Madjid Traoré, non reconnue par l’ordre national des pharmaciens du Congo. 

Le Syndicat national des pharmaciens du Congo (Synaphac), s’est réuni en assemblée générale extraordinaire le 26 novembre dernier à Brazzaville, en présence de son président, Victor Ngoma.

Parmi les points abordés, figure celui de l’approvisionnement de la pharmacie Abdoul Madjid Traoré par Laborex Congo. Cette pharmacie est reprochée de vice de procédures d’ouverture par le Synaphac et l’Ordre national des pharmaciens du Congo.  

Selon l’assemblée générale, Abdoul Madjid Traoré exerce en violation du critère d’appartenance à l’Ordre national des pharmaciens du Congo, condition sine qua non à l’exercice de la profession de pharmacien au Congo conformément à l’article premier de la Loi n°012-92 du 29 avril 1992 portant création et organisation de l’ordre national pharmaciens.

Aussi, il a été constaté plusieurs incohérences lors de l’enquête de moralité faite par l’Ordre national des pharmaciens concernant cette pharmacie appartenant à un sujet malien. 

♦ Lire aussi : L’Ordre national des pharmaciens demande la fermeture de la pharmacie Abdou Traoré Madjid

La livraison des produits pharmaceutiques à cette officine résonne alors comme une infraction pour les pharmaciens congolais.

En conséquence, Laborex pourrait être traduit en justice pour répondre de ces actes, a indiqué le secrétaire général du Synaphac, Romaric Pambou Boueya dans une déclaration rendue publique à l’issue des travaux. 

Le Syndicat a profité de cette occasion pour mettre en garde les grossistes-répartiteurs qui approvisionneraient Madjid Traoré. Ils menacent d’engager une action de boycott contre ces derniers. 

En rappel, lors d’une assemblée générale tenue le 15 juillet dernier à Brazzaville, les pharmaciens du Congo étaient montés au créneau pour demander l’annulation de l’autorisation d’ouverture de l’officine pharmaceutique octroyée à Abdoul Madjid pour irrégularités. Il s’agit d’un agrément délivré par le ministère de la Santé depuis plusieurs années.

Articles Populaires