dimanche, juillet 25, 2021
AccueilActualitésJusticeFonctionnaires déserteurs : Le procureur de la République ouvre une...

Fonctionnaires déserteurs : Le procureur de la République ouvre une enquête

-

Le Procureur de la République, près le Tribunal de grande instance de Brazzaville, André Oko Gakala a instruit par lettre 11531 CAB/TGB-/P.PR. du 15 novembre 2019, le directeur général de la Surveillance du territoire de la ville capitale, de mener une investigation relative aux agents déserteurs de la Fonction publique. Il s’agit des employés de l’Etat qui perçoivent leurs rémunérations mensuelles alors qu’ils sont absents de leurs poste depuis plusieurs années.

André Oko Gakala s’est insurgé contre ce qui s’apparente à des détournements de deniers publics. En effet, plusieurs agents absents de leurs postes depuis plusieurs mois pour certains, continuent de percevoir leur salaire au nez et à la barbe des autorités et, pour certains, en complicité avec leurs supérieurs hiérarchiques comme nous le confie un fonctionnaire. Un tel comportement transgresse les textes en vigueur notamment la loi 021 du 14 novembre 1989, portant refonte du statut général de la fonction publique. 

L’enquête qui s’inscrit dans la continuité de l’action de l’Etat visant à lutter contre les antivaleurs, se doit d’apporter des réponses concrètes aux congolais sur l’identité des agents indexés, les mécanismes qui leur permettent de jouir de ces avantages indues, les sanctions et des mesures correctives qui seront prises par le gouvernement pour prévenir la répétition d’un tel dysfonctionnement de l’administration.

Si l’enquête venait à aboutir, elle pourrait coûter cher aux responsables de ces actes allant de la suspension de salaires, à la radiation des effectifs de la Fonction publique si toutefois le gouvernement décidait de ne pas engager des poursuites judiciaires à l’encontre de ces derniers.

Rappelons qu’en début d’année, une vaste opération de recensement des agents administratifs avait mis en évidence le nombre important d’agents fictifs au sein de l’administration congolaise. On avait déjà à cette époque estimé à plus de 4500 le nombre de personnes concernées.

Articles Populaires