mercredi, septembre 22, 2021
AccueilSociétéCovid-19 : « la troisième vague qui se prépare » 

Covid-19 : « la troisième vague qui se prépare »

-

Le Professeur Alexis Elira Dokekias, président de la Commission prise en charge au sein du Comité de riposte contre la covid-19 a alerté sur une « troisième vague » de la pandémie à coronavirus Covid-19 en préparation.

Au cours d’une conférence de presse organisée ce 8 mars à Brazzaville dans le cadre de la campagne d’un des sept candidats à l’élection présidentielle, le Pr Alexis Elira Dokekias, président de la Commission prise en charge au sein du Comité de riposte contre la covid-19 était invité à prendre la parole sur les problématiques sanitaires en République du Congo.

Abordant le sujet de la crise de la Covid-19, le Pr Alexis Elira Dokekias a évoqué une « troisième vague » de la Covid-19 en préparation. Une troisième vague pour laquelle, selon l’expert, le Congo aura à prendre les décisions qui s’imposent pour y faire face. “Pour prévenir la troisième vague qui est en train de se préparer nous avons à renforcer les mesures actuelles et en même temps à introduire la vaccination.”, a-t-il indiqué.    

Depuis le 5 mars, le Congo vit au rythme de la campagne présidentielle, les autorités ont dû alléger certaines mesures restrictives en vigueur dans le pays. Elles ont notamment autorisé les rassemblements de plus de 50 personnes durant la campagne électorale.

L’expert congolais a rappelé l’importance de continuer d’observer scrupuleusement les directives gouvernementales dans ce contexte. “Les mesures barrières et les mesures de prévention doivent être poursuivies, pendant, et après la campagne”, a-t-il martelé.

Cependant, force est de constater que les digressions sont nombreuses. Il n’est pas rare de voir des candidats eux-mêmes, transgresser la règle la plus élémentaire, à savoir le port du masque qui semblerait-il reste obligatoire. 

L’alerte du Pr Alexis Elira Dokekias permettra-t-elle d’amener les autorités compétentes à faire respecter les mesures en vigueur lors des meetings et autres rassemblements politiques “sous peine de forte amende”, comme recommandé par la Coordination nationale ?

Une chose est sûre, le “renforcement des mesures actuellessuggéré par l’expert congolais pourrait faire très mal s’il venait à être appliqué, dans le cas où la situation se dégraderait au sortir de l’élection. Seul espoir désormais d’un retour à la normale, la future campagne de vaccination dont les modalités restent inconnues des populations.

Articles Populaires