vendredi, juin 18, 2021
AccueilActualitésJusticeCongo-Brazzaville : les 4 activistes détenus ont été libérés

Congo-Brazzaville : les 4 activistes détenus ont été libérés

-

L’observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) a annoncé, ce vendredi 04 décembre, la libération de 4 activistes tous membres du mouvement politique Incarner l’Espoir.

Dans un communiqué datant du vendredi 4 décembre, l’OCDH a annoncé la libération de Parfait Mabiala, Franck Donald Saboukoulou, GuilMiangue Ossebi et Meldry Dissivoulou, quatre activistes incarcérés suite à des manifestations pacifiques l’année dernière.

Accusés d’« atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat », ils avaient été placés à la Maison d’arrêt de Brazzaville. L’exécution de l’ordonnance du 30 mars 2020 autorisant la liberté provisoire des quatre activistes avait été bloquée par l’appel du Procureur de la République près le tribunal de grande instance de Brazzaville.

Selon les indications apportées par Trésor Nzila, président de l’Organisation non gouvernementale congolaise, des irrégularités sont à relever dans la procédure de détention des quatre militants, « la loi congolaise dispose que la détention préventive ne peut excéder quatre mois et interdit qu’elle soit prolongée plus de deux mois ».

Selon ce dernier, c’est la Chambre d’accusation de la Cour d’Appel de Brazzaville, qui a rejeté l’appel formulé le 11 juin dernier par le Procureur de la République. Une initiative à l’origine de la libération des quatre activistes ce vendredi.

L’ONG s’est dite satisfaite de l’issue du procès, malgré une arrestation qu’elle continue de considérer comme « arbitraire ». « La pression exercée, en particulier sur les autorités judiciaires a donné ses fruits », s’est-elle réjouit.

L’organisation de défense des droits de l’homme, dénonce par ailleurs, une tendance inquiétante vers le rétrécissement de l’espace civique dans notre pays. Elle
invite le gouvernement à y mettre un terme.

En rappel, une plateforme d’organisations de défense des droits de l’homme et de la démocratie, avaient demandé, le 1er février dernier, la libération immédiate des jeunes activistes détenus, plusieurs opérations de communication avaient été entreprises sur la toile et à travers les médias.

Articles Populaires