jeudi, octobre 29, 2020
Accueil Economie Cogelo : le directeur général révoqué refusait de quitter son poste

Cogelo : le directeur général révoqué refusait de quitter son poste

-

Nestor Tchissambot Makosso ancien directeur général de la Congolaise de gestion de loterie-société anonyme (COGELO-S.A) a été démis de ses fonctions, il a été remplacé à ce poste par Guy Roger Moigni.

Le Conseil d’administration de la COGELO, qui s’est réuni le 18 septembre dernier au siège du ministère des Finances et du Budget à Brazzaville a porté à la tête de l’entreprise étatique un nouveau directeur général.

Une décision qui, selon le président du Conseil d’administration, Guy Wilfrid Ewolo, fait suite aux manquements constatés dans la gestion de l’ancien dirigeant. « La Résolution de révoquer Nestor Tchissambot Makosso est consécutive à la situation critique que traverse l’entreprise depuis sa prise de fonctions en 2019 » a-t-il déclaré.

En effet, il est reproché à Nestor Tchissambot Makosso « une navigation à vue de l’entreprise » caractérisée par l’absence de bilan budgétaire de l’entreprise pour l’année 2019 et l’absence de projet budgétaire, a précisé le Conseil.

Une situation non sans conséquence pour l’entreprise indique Guy Wilfrid Ewolo « quatre mois de salaires impayés aux employés et mandataires de la société, une dette des cotisations sociales et patronales non versées à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et une autre dette vis-à-vis de l’Administration des Impôts, mettant ainsi de côté le Plan d’apurement de ces dettes » a-t-il détaillé durant la session.

Un bilan réfuté par le principal intéressé qui a opposé un refus à céder son siège de directeur général, « ils ont pris une décision de débouter un directeur légalement nommé en Conseil des ministres par le Chef de l’Etat. Il n’y a que le Président de la République qui peut me démettre de mes fonctions », indique-t-il.

Une affirmation à laquelle le ministère de tutelle répond « la compétence de nommer le directeur général d’une société est dévolue au Conseil d’administration, et non plus par Décret présidentiel ou en Conseil des ministres ».

Il aurait fallu l’intervention des forces de l’ordre pour que le choix du Conseil d’administration porté sur “un cadre de la maison”, comme il est présenté, Guy Roger Moigni soit installé. Il a indiqué lors de sa prise de fonction le 22 septembre avoir conscience de l’ampleur de la mission qui l’attend « je pense donner le meilleur de moi pour être à la hauteur de la tâche ».

L’une de ses priorités sera de mettre à jour les comptes de l’entreprises lui ont instruit les administrateurs de l’entreprise.

Articles Populaires