jeudi, décembre 8, 2022
AccueilSociétéAffaire PSP Chacona : les parents des victimes toujours pas dédommagés

Affaire PSP Chacona : les parents des victimes toujours pas dédommagés

-

Le  17 novembre 2020 la Cour d’appel de Brazzaville rendait son verdict dans l’affaire des jeunes décédés dans les geôles du poste de sécurité publique (PSP) de Chacona. La justice avait condamné l’État à verser 15 millions de francs CFA à chaque famille. Cependant, les parents des victimes attendent toujours d’être indemnisés.

Le procès en appel de l’affaire des 13 jeunes morts dans le commissariat de Chacona au quartier Mpila dans le sixième arrondissement de Brazzaville Talangaï, dans la nuit du 22 au 23 juillet 2018 s’était ouvert le 1er octobre 2019.

Après plusieurs reports la Cour d’appel de Brazzaville avait enfin rendu son verdict le 17 novembre 2020 et selon le jugement prononcé chaque famille devaient recevoir une indemnisation de quinze (15) millions de francs CFA.

♦ Lire aussi : PSP de Chacona : les familles des victimes dédommagées à hauteur de 15 millions FCFA

A plus d’une année après cette délibération, aucune somme n’a malheureusement encore été versée aux familles des victimes alors que le paiement devait être effectué dans les trois mois suivant le jugement.

« Vraiment, c’est triste. Je suis désolé. Les parents n’ont perçu aucun franc pour la réparation du préjudice incommensurable qu’ils ont subi », a déclaré Me Steve Bagne, avocat de la partie civile interrogé au micro de nos confrères de RFI.

Une situation déplorée également par Casimir Ngakala, un des responsables du Collectif des parents des victimes du commissariat de Chacona, qui  parle d’un manque de volonté de la part des gestionnaires du Trésor public.

« Vous pensez que le Trésor peut passer des journées entières sans sortir de l’argent. Ils font des dépenses et la nôtre est programmée dans les dépenses du Trésor. Mais, ils ne le font pas. Soi-disant qu’il n’y a pas de liquidités », a-t-il fait savoir

En rappel dans le cadre de cette affaire, six policiers avaient été accusés d’« homicide volontaire » et de « non-assistance à personne en danger ».

Articles Populaires