AccueilEconomieRelancer les économies frappées par la crise sanitaire en zone CEMAC

Relancer les économies frappées par la crise sanitaire en zone CEMAC

-

Relancer les économies frappées par la crise sanitaire en zone CEMAC, tel fut l’axe de réflexion retenu lors de la 35e session du Conseil des ministres de l’UEAC tenu, ce 10 août 2020 sous la présidence de M. Alamine Ousmane Mey, ministre de l’Economie du Cameroun. 

La situation des États membres de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale est préoccupante. Lourdement frappé par la crise sanitaire du Covid-19, le PIB de la zone a accusé une sévère contraction de l’ordre de 4 à 6% selon les hypothèses. 

Une situation « sans précédent », accentuée par une crise économique profonde induite par l’effondrement des cours des matières premières, le pétrole notamment. À cela, faut-il ajouter l’important besoin de financement des économies de la zone, la détérioration des termes de l’échange, des soldes budgétaires, et de la balance de paiement, ainsi que l’impact social de la crise du Covid-19.

Les efforts de redressements engagés par les pays membres au cours des trois dernières années se sont ainsi vus annihilés.

Face à autant de défis, le président de la commission de la CEMAC, Daniel Ona Ondo, a dans son propos tenu en ouverture de la 35e session du Conseil des ministres de l’UEAC, instruit les ministres à plancher sur « les orientations et les mesures de relance à l’échelle régionale ». 

Une démarche déjà entamée dans le cadre du Programme des Réformes Économiques et Financières de la CEMAC (PREF‐CEMAC), mis en place en juillet 2016 pour stabiliser le cadre macroéconomique, opérer une transformation structurelle des économies de la CEMAC et favoriser l’expression du potentiel de développement du secteur privé dans la région.

Un des défis de cette 35e session du Conseil des ministres de l’UEAC, sera de mettre au goût du jour le PREF‐CEMAC en prenant en compte les challenges additionnels imposés par le Covid-19 et apporter des solutions complètes aux problématiques régionales de l’heure.

L’évaluation de l’impact de la crise sanitaire sur les économies de la sous-région, la suspension provisoire de quelques critères de convergence en matière de gouvernance financière, et les propositions de mesures de relance pour une poursuite de la marche vers la transformation structurelle des économies, entre autres, seront tour à tour discutés au cours de cette session.

À noter que les travaux de la 35e session du Conseil des ministres de l’UEAC, largement consacrés aux questions économiques ont également permis de débattre des questions de réforme du dispositif de surveillance multilatérale en lien avec la libre circulation des personnes et des biens initiée en 2017, et les réformes institutionnelles. 

Articles Populaires