vendredi, juin 18, 2021
AccueilPolitique« Nous avons des vies à sauver » Denis Sassou Nguesso

« Nous avons des vies à sauver » Denis Sassou Nguesso

-

Dans un entretien exclusif accordé à RFI et France 24, le Chef de l’Etat, Denis Sassou Nguesso s’est exprimé sur les questions sanitaires en lien avec la crise du Covid-19 en République du Congo, les perspectives économiques du pays sur fond de crise financière et pétrolière, les récentes révélations de l’ONG Publiez ce que vous payez, et d’autres sujets d’actualité sur le continent notamment la crise libyenne.

« Nous pensons que l’épidémie est encore là voilà pourquoi nous avons cru utile de renforcer les mesures au cours des 15 prochains jours » c’est ce qu’a affirmé Denis Sassou Nguesso en introduction de son entretien avec la presse française. Interrogé sur la gestion de la crise sanitaire, le Chef de l’Etat a déclaré que le Congo restait en alerte face à la menace sanitaire du Covid-19.

Abordant dans le même registre la question controversée, hors des frontières du continent africain principalement, du Covid-Organics, le remède développé l’Institut Malgache de Recherches Appliquées le numéro un Congolais a rappelé l’urgence de la situation et la nécessité de réagir face à la pandémie pour sauver des vies. Estimant que les essais faits hors du cadre protocolaire de la science ayant présenté des signes d’efficacité méritent d’être considérés et accompagnés d’un encadrement médical. 

Sur les questions économiques, le président de la République s’est voulu rassurant. Face à la crise économique, doublée d’une crise pétrolière avec un prix du baril au plus bas, Denis Sassou Nguesso reste optimiste, « nous ne croyons pas à un effondrement de l’économie congolaise » a-t-il martelé.

Le Chef de l’Etat a balayé du revers de la main les accusations de l’ONG Publiez ce que vous payez affirmant que « sur 69 projets de santé publiés qu’elle a suivi en 2017 et 2018, aucun n’a abouti ». Il a déclaré fausses, toutes les accusations émises par l’ONG expliquant qu’un certain nombre de projets sanitaires avaient été livrés, d’autre interrompus à cause de l’effondrement des cours du pétrole. Il par ailleurs annoncé la reprise imminente de certains de ces projets.

Autre ONG qui a alimenté l’actualité congolaise de ces derniers jours, Amnesty International qui appelait à la libération pour des raisons sanitaires, de Jean Marie Michel Mokoko et André Okombi Salissa. Denis Sassou Nguesso a répondu que le gouvernement congolais a consenti à la libération de 365 prisonniers afin de désengorger les prisons. Des prisonniers condamnés pour des délits mineurs, et d’autres ayant purgé une importante partie de leur peine retrouveront leur liberté dans les prochains jours, des critères qui ne correspondent pas à la situation des personnalités pré-citées a-t-il précisé.

Pour finir, le Chef de l’Etat a répondu aux interrogations concernant l’instabilité en Libye. En sa qualité de Président du Comité de haut niveau de l’Union africaine sur la Libye, il a rappelé la position africaine qui encourage la médiation au détriment de l’action militaire. Il a de ce fait confirmé l’organisation d’un forum de réconciliation nationale inclusif à Addis Abeba au terme de la crise sanitaire.

Articles Populaires