samedi, décembre 4, 2021
AccueilSociétéLes accouchements à domicile : l'autre réalité du confinement

Les accouchements à domicile : l’autre réalité du confinement

-

Le nombre des femmes qui accouchent loin des maternités en ce temps de confinement atteint des proportions qui méritent de retenir l’attention des décideurs. Une réalité qui a pour cause la difficulté de déplacement.

La mesure du confinement général de la population qui induit la restriction de déplacement est à l’origine de plusieurs désagréments, et même de phénomènes nouveaux. Les accouchements à domicile en sont la preuve.

Il n’est plus rare dans nos cités d’apprendre des cas d’accouchement en pleine rue ou dans les domiciles. Le cas le plus emblématique est celui de cette dame qui aux premières heures de l’application des mesures de confinement avait accouché dans la rue à Brazzaville. D’autres cas ont été reportés le plus récent a fait la une du 20 heures de la chaîne nationale ce jeudi 16 avril, la jeune femme a donné naissance devant une habitation du quartier Mikalou.

Des cas de ce genre ont été signalés dans plusieurs agglomérations depuis la mise en d’application des mesures sus citées. Photos à l’appui, une dame témoigne d’un accouchement auquel elle a assisté au domicile de sa voisine qui précise-t-elle n’était pas à terme. Elle relève dans son témoignage, la difficulté à trouver un transport en cette nuit de couvre de feu.

Il se dégage de tous ces exemples la problématique des alternatives prises par les autorités pour palier aux multiples cas sociaux qui pourraient survenir en cette période.

Le gouvernement a pour le besoin de la cause, mobilisé les services de la sécurité civile (pompiers) qui dans certains cas se sont montrés efficaces. Mais le manque de confiance et d’informations des populations constituent une autre équation à laquelle il faut ajouter la rigidité de certains éléments de la force publique qui ne facilitent pas les choses.

Or, « la pandémie du covid-19 n’a pas annulée les autres pathologies » disait un père de famille qui a dû hausser le ton devant un check point alors qu’il conduisait son fils atteint de la malaria vers un centre hospitalier. 

Articles Populaires