vendredi, décembre 3, 2021
AccueilSociétéLe Congo enregistre 50 décès de Covid-19 en trois semaines

Le Congo enregistre 50 décès de Covid-19 en trois semaines

-

Le ministre de la Santé et de la Population, Gilbert Mokoki, a une nouvelle fois alerté l’opinion sur la situation inquiétante traversée par notre pays qui fait face, depuis plus de trois semaines, à une recrudescence du nombre de cas de contamination à la COVID-19.

Le variant Delta qui est devenu la souche dominante en circulation au Congo poursuit sa propagation à vitesse “grand V” à travers le pays. En témoignent les récentes statistiques annoncées par le ministre en charge de la Santé lors d’un point de presse ce 26 octobre 2021.

« A ce jour, notre pays connaît la troisième vague de contaminations caractérisée par la flambée des cas positifs, soit 1854 cas pour 50 décès enregistrés du 1er au 23 octobre« , a déclaré le ministre de la Santé.

Cette troisième vague de contamination s’annonce plus active et plus virulente, sur 14.892 tests réalisés, 1854 cas se sont révélés positifs, soit un taux de positivité de 12,4% a souligné Gilbert Mokoki. Le Congo atteint au passage la barre symbolique des 200 morts depuis la survenue de l’épidémie en mars 2020. 

Les autorités congolaises s’en remettent désormais à l’opération « Coup de poing », un plan d’urgence qui vise, entre autres, à vacciner 750 000 personnes d’ici la fin de l’année 2021. La batterie de mesures contraignantes et l’annonce de l’entrée en vigueur d’un pass sanitaire fin novembre ont dopé la vaccination contre le Covid-19.

Un engouement est désormais observable dans les différents centres de vaccination, en dépit de la réticence d’une frange de la population qui demeure vaccino-sceptique. Aussi, les entreprises craignant de se voir dans l’incapacité de poursuivre leurs activités ont “invité” leurs employés à se faire vacciner dans les meilleurs délais.

Le ministre de la Santé a une nouvelle fois appelé la population à la prudence et au respect des mesures barrières. Il a vivement déconseillé la célébration du 1er novembre « Le mieux serait de ne pas aller honorer nos morts le jour de Toussaint car c’est dans ces lieux qu’on se contamine le plus. La force publique veillera ce jour-là au grain », a-t-il dit.

Articles Populaires