vendredi, juin 18, 2021
AccueilSociétéDenis Sassou Nguesso : « J'engage notre pays sur la voie du...

Denis Sassou Nguesso : « J’engage notre pays sur la voie du vaccin »

-

Le Chef de l’Etat Denis Sassou Nguesso a donné un avis favorable ce mercredi 23 décembre pour l’utilisation d’un vaccin contre la Covid-19 en République du Congo. 

Selon les dernières statistiques épidémiologiques rendues publiques par le Chef de l’Etat, notre pays compte désormais 6 579 cas confirmés, 5 449 guéris et 105 décès, et les localités de Brazzaville et Pointe-Noire demeurent les principaux foyers de la pandémie. 

A en croire le président de la République, Denis Sassou Nguesso, ces indicateurs révèlent une circulation de «  plus en plus intense » de l’épidémie de Covid-19 au Congo.

Le taux de positivité qui était à 3% en octobre dernier a dépassé le seuil de 8% au cours des 10 premiers jours du mois de décembre 2020 faisant redouter « un rebond » et «  une 2e vague » de l’épidémie, a-t-il souligné 

Denis Sassou Nguesso demande ainsi aux congolais de « rester mobilisés » et « vigilants » malgré l’espoir suscité par la découverte et l’introduction des vaccins. 

Face à la crainte d’une «  une 2e vague » de la propagation du virus, Denis Sassou Nguesso s’est montré « entreprenant » en prenant un engagement fort, celui d’explorer  la piste du vaccin.  

« J’engage notre pays sur la voie du vaccin et je demande au gouvernement de mettre instamment en place un comité ad’hoc qui aura, entre autres missions, de déterminer le type de vaccin le mieux adapté pour notre pays. », a-t-il indiqué. 

Il a donc instruit les membres du gouvernement à recueillir toutes les informations relatives à l’acquisition d’un vaccin pour le Congo, les finances, ainsi que la stratégie de vaccination à définir pour éviter toute « opération hasardeuse sur nos populations » a-t-il précisé.

L’occasion pour le président Congolais de lancer un appel à la communauté internationale pour une prise de conscience collective face aux perspectives d’«  évolution peu rassurantes » de la crise sanitaire.

« Au regard de l’ampleur considérable des mouvements migratoires et autres déplacements des populations, devant la mutation progressive du monde en un village planétaire, toute exclusion et tout égoïsme dans l’approvisionnement aux vaccins contre la pandémie ne peuvent être que suicidaires pour l’humanité entière. », a-t-il conclu.

Articles Populaires