vendredi, janvier 27, 2023
AccueilSociétéVers l'éradication de la délinquance juvénile

Vers l’éradication de la délinquance juvénile

-

La République du Congo célébrait, ce lundi 28 novembre, le 64ème anniversaire de la proclamation de la République. À cette occasion, le Chef de l’État, Denis Sassou Nguesso, dans un message sur l’état de la Nation devant les parlementaires, a exhorté le gouvernement à prendre des mesures nécessaires afin d’éradiquer le grand banditisme dans les grandes villes congolaises. 

Devant le Parlement réuni en Congrès, le gouvernement et des ambassadeurs accrédités au Congo, le président de la République, Denis Sassou Nguesso est revenu sur la montée de la violence dans le pays. 

Il a exhorté solennellement l’exécutif « à engager des solutions appropriées pour éradiquer la délinquance juvénile, l’insécurité péri-urbaine et les violences liées au genre qui prennent des proportions inquiétantes », a-t-il déclaré.

A ce sujet, des sites de rééducation, de réinsertion et de formation aux métiers et au civisme ont été identifiés par le gouvernement à Aubeville dans le district de Madingou, et de Bokagna, à quelques kilomètres de Makoua.

♦Lire aussi : Bébés noirs : démantèlement des réseaux des policiers auteurs ou complices des agressions

Ces centres vont être viabilisés pour accueillir de jeunes délinquants en phase de réinsertion, et d’autres en décrochage scolaire, a laissé entendre, le Chef de l’Etat. 

« J’enjoins le gouvernement à les rendre très vite opérationnels et à relancer le programme DDR [Désarmement, démobilisation et réintégration (DDR), ndlr] pour une prise en main effective de notre jeunesse en quête de repères et en proie à la radicalisation et à l’extrémisme violent », a souligné Denis Sassou Nguesso.

En vue de l’éradication de la délinquance juvénile au Congo, une délégation de membres du gouvernement conduite par le Premier ministre Anatole Collinet Makosso, avait effectué une visite de terrain, le 24 novembre dernier dans les départements de la Bouenza et de la Cuvette. 

Anatole Collinet Makosso et sa suite étaient allés se rendre compte de l’état dans lequel se trouvent les sites de Aubeville et de Bokagna.

Articles Populaires