jeudi, juillet 29, 2021
AccueilSociétéLes experts pharmaciens alertent sur les dangers de l'usage du Tramadol

Les experts pharmaciens alertent sur les dangers de l’usage du Tramadol

-

Les pharmaciens sont montés au créneau pour dénoncer la commercialisation du Tramadol qui est principalement vendu via le marché noir au Congo. Un médicament jugé dangereux pour la santé des populations, selon le docteur Boniface Okouya, directeur de la Pharmacie et du médicament.

Réuni ce mercredi, 22 juillet à Pointe-Noire, le collectif des pharmaciens a entre autres planché sur la vente des psychotropes et des médicaments dangereux, notamment le Tramadol en République du Congo.

Un médicament antidouleur, dérivé des opiacés, qui aurait des effets secondaires inquiétants d’après plusieurs experts de la santé. Sa consommation prolongée peut conduire à l’addiction. Il a par ailleurs été mis sous surveillance par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (AFSSAPS).

Vendu en pharmacie uniquement sur présentation d’une ordonnance, on les retrouve sur le marché noir ou les vendeurs clandestins de Tramadol sont traqués par la police. 

Pour cause, l’usage de ce médicament au Congo comme dans plusieurs pays à été détourné par les jeunes délinquants qui l’utilisent comme « drogue », favorisant ainsi la montée de la criminalité juvénile, indiquent les pharmaciens.  

Une pratique peu orthodoxe et dénoncée du côté des experts pharmaciens. « Du Tramadol à nos enfants. C’est ce qui crée des effets un peu euphoriques, pour terroriser le citoyen congolais, procéder aux vols, aux raquettes, et même aux assassinats. », a déclaré, le docteur Boniface Okouya, responsable de l’instance de réglementation pharmaceutique au Congo. 

Une proposition de loi interdisant la commercialisation des produits stupéfiants, la circulation des produits contrefaits et l’automédication serait en étude, a laissé entendre le collectif des pharmaciens.

Hormis la commercialisation des Tramadols, les pharmaciens ont aussi dénoncé la vente des produits falsifiés comme la chloroquine, précisant que cet antipaludéen est désormais soumis à une prescription médicale. 

Articles Populaires