AccueilEconomieLa dette congolaise « jugée soutenable » par le Fmi

La dette congolaise « jugée soutenable » par le Fmi

-

Une réunion virtuelle entre une mission du Fonds monétaire international (Fmi) et la  République du Congo s’est tenue du 31 mars au 18 avril 2022. À l’issue de cette rencontre, le Fmi a noté avec satisfaction que l’économie congolaise est en phase de redressement. 

Une mission du Fonds monétaire international (Fmi) conduite par Pritha Mitra, chef de mission pour la République du Congo, a eu une séance de travail avec les autorités congolaises du 31 mars au 18 avril 2022, pour discuter de la première revue de l’accord triennal pour le Congo dans le cadre de la facilité élargie de crédit.

Les services du Fmi ont relevé entre autres la soutenabilité de la dette congolaise qui était estimée à 6016,5 milliards de Francs CFA au 31 décembre 2020, soit 98% du PIB. 

« La dette est jugée soutenable suite à une restructuration substantielle de la dette et à la mise en œuvre d’une politique budgétaire prudente », a annoncé Pritha Mitra.

♦Lire aussi : La dette congolaise estimée à 6016,5 milliards de FCFA

Toutefois, pour renforcer cette tendance, le Congo devra engager une politique budgétaire visant à maintenir l’équilibre délicat entre soutenir une reprise économique « robuste » tout en préservant la « viabilité » de la dette, selon Pritha Mitra. 

« La mobilisation des recettes et la rationalisation des subventions inefficaces aux entreprises publiques seront essentielles à ce processus, permettant un assainissement budgétaire progressif tout en augmentant les dépenses sociales, assistance, soins de santé, éducation et infrastructures. Cette hiérarchisation des dépenses soutiendra une croissance plus élevée, plus inclusive et résiliente », a-t-elle indiqué. 

♦Lire aussi : 🔴 Le FMI approuve un prêt de 455 millions de dollars à la République du Congo

La mission du Fmi a aussi exhorté les pouvoirs publics à la gestion de la dette et des finances publiques, y compris l’investissement public, comme éléments essentiels pour éviter l’accumulation d’arriérés intérieurs et extérieurs et améliorer l’efficacité et la qualité des dépenses. 

Par ailleurs, l’équipe du FMI a abouti à un accord au niveau des services avec les autorités congolaises sur l’achèvement de la première revue au titre de la facilité élargie de crédit (FEC), qui est soumise à l’approbation du Conseil d’administration du FMI.

Le Fmi a aussi salué la mise en œuvre de la stratégie de réformes économiques et structurelles en matière de gouvernance et de transparence des autorités congolaises.

Il a cité notamment l’adoption par le Parlement le 24 janvier dernier du projet de loi portant prévention et lutte contre la corruption et les infractions assimilées.

En rappel, évaluée à 110 % du PIB, la dette congolaise avait été jugée « insoutenable » par le Fmi, entraînant la suspension du programme de facilité élargie de crédit conclu en 2019. Aussi, la norme communautaire en zone CEMAC indique que le taux d’endettement ne doit pas dépasser 70% du PIB afin d’éviter le franchissement des seuils de soutenabilité. 

Articles Populaires