dimanche, août 1, 2021
AccueilSociétéDéconfinement : Pas d'accès aux mosquées jusqu'à nouvel ordre

Déconfinement : Pas d’accès aux mosquées jusqu’à nouvel ordre

-

Le président du Conseil supérieur islamique du Congo, El Hadj Djibril Abdoulaye Bopaka a interdit aux musulmans de procéder à la réouverture des mosquées. Ce pour éviter le surnombre qui constitue une infraction pour l’Etat, selon lui.

En dépit de la réouverture des lieux de culte annoncée par le Premier ministre, Clément Mouamba le week-end dernier, les musulmans sont appelés à patienter avant de voir rouvrir leurs lieux de prière. 

Au cours d’une réunion organisée, ce mardi 23 juin avec les Imams dans le cadre de la réouverture des mosquées, El Hadj Djibril Abdoulaye Bopaka a déclaré ne vouloir prendre aucun risque dans ce dispositif. 

Il estime que « Nous en tant que musulmans, et confession religieuse, impossible de respecter les points régis qui concernent les 50 personnes. Qui va rentrer dans la mosquée, qui ne va pas rentrer dans la mosquée… Dépassez le nombre de 50, vous allez tomber sur les amendes et peut-être les arrestations ».

Poursuivant son allocution, le président du Conseil supérieur islamique a rassuré son auditoire du fait que le gouvernement entend mettre en œuvre un protocole pour accompagner l’exercice des activités nouvellement ouvertes, notamment les lieux de cultes. Ce protocole sera étudié entre le ministère de la Santé et le ministère de l’Intérieur ensemble avec le collectif des confessions religieuses, a-t-il ajouté. 

En conséquence, El Hadj Djibril Abdoulaye Bopaka a pris une mesure conservatrice pour éviter l’inobservation des gestes barrières au sein des mosquées, et d’exposer les fidèles à des sanctions suscitées. 

« En attendant que nous puissions avoir des conclusions avec le gouvernement, moi en tant votre président du Conseil supérieur islamique du Congo, je ne vous autorise pas à ouvrir les mosquées jusqu’à attendre la décision finale après notre rencontre avec le gouvernement. » , précise-t-il. 

Le président du Conseil s’est par ailleurs dit satisfait de la responsabilité dont ont fait preuve les croyants musulmans durant les trois mois de fermeture des mosquées soulignant que l’église n’a pas été interpellée par les forces publiques pour non-respect aux mesures barrières. 

Même son de cloche du côté du Conseil Supérieur des églises de réveil du Congo (COSERCO). Le collège entend échanger avec l’ensemble des églises pour mettre en place un protocole avant de procéder à la réouverture des lieux de culte.

Articles Populaires