Accueil Economie 5ème forum Investir en Afrique : visite des usines de Maloukou

5ème forum Investir en Afrique : visite des usines de Maloukou

-

En marge du 5ème forum Investir en Afrique des officiels congolais accompagnés d’acteurs économiques internationaux, ont visité ce jeudi 12 septembre la zone économique spéciale (ZES) de Maloukou.

Conduite par Gilbert Mokoki, ministre en charge des zones économiques spéciales, et de Gilbert Ondongo ministre en charge de l’Industrie, la délégation composée d’investisseurs et partenaires au développement de l’Afrique est venue découvrir le potentiel de ce complexe industriel.

Bâti par le gouvernement congolais sur fonds propres, le complexe industriel et commercial de Maloukou dispose de dix-sept unités de production. La plupart des usines produisant des matériaux de construction tels les tuyaux PVC, les câbles électriques, des réservoirs en plastique, du fer à béton, des tôles galvanisées…

Le temps fort de la visite, a été la présentation d’un prototype de tracteur entièrement monté à la ZES de Maloukou par l’unité de montage de tracteurs de la société Eco-Camaco, une société mixte détenue par le gouvernement congolais, Eco Oil une entreprise congolaise, et un partenaire chinois la société Yto Camaco.

« Nous venons de conclure un accord pour créer une société qui va monter les tracteurs et du matériel agricole… C’est un modèle de partenariat public-privé très important », a indiqué Gilbert Mokoki.

Avec une capacité de production de 3000 tracteurs par an, l’entreprise entend non seulement pallier le besoin en équipement du marché congolais, mais également fournir une partie du marché régional.

Pour l’heure, l’utilisation des groupes électrogènes comme unique source d’énergie sur le site industriel constitue un sérieux handicape pour l’activité des entreprises. Le gouvernement s’attelle à connecter le complexe au réseau du barrage hydroélectrique d’Imboulou, ce qui permettra aux entreprises exploitantes de réduire considérablement les charges engendrées par l’achat de carburant et de proposer au consommateurs finaux des produits à moindre coût.

« La production à base des groupes électrogènes n’est pas rentable. Le produit va coûter plus cher et risque de ne pas avoir d’acheteurs. Lorsque nous allons amener l’électricité, les coûts de production seront bas » a rassuré le ministre en charge et des zones économiques spéciales.

Le complexe industriel de Maloukou fait partie de la zone économique spéciale de Brazzaville. Les opérateurs qui vont y investir bénéficieront d’avantages fiscaux et douaniers offerts par le régime des zones économiques spéciales au Congo. 

Articles Populaires